Coeur blessé.

(Article initialement publié en mars 2012)

Cinq jours que Perle sombre dans l’angoisse et la dépression.

Cinq longues journées passées à pleurer, à se replier sur elle, à combattre toute tentative d’approche des soignants.

Cinq jours que notre coeur de parent saigne et souffre.

Cinq longues journées passées au téléphone avec les infirmières, les internes, les psychiatres.

Les neuroleptiques ont fait leur entrée, des mots barbares ont été prononcés : isolement, injections, névrose…

Le doute gonfle, m’envahit, des images terrifiantes hantent mon esprit chaque nuit blanche qui passe…

Pourtant, je le sais, de toute ma raison, qu’il faut tenir bon, encore et encore…Que ces mauvais jours sont un mal nécessaire au lâcher-prise de notre Perle.
Qu’il faut la laisser « seule » face à cette monstrueuse angoisse.
Elle va y arriver. Accepter de saisir leurs mains tendues. Sans nous.

Sans que j’accoure comme chaque fois, pour la soustraire à cette panique. Pour la laisser l’affronter, la combattre, la vaincre, en triompher..

Mais combien sont durs ces jours passés à connaître sa souffrance, à entendre ses pleurs et ses supplications…Combien hurle mon coeur de maman quand les soignants ne m’annoncent aucun progrès. Quand les psyschiatres s’inquiètent…

Mon doux, mon tendre, mon incroyable Amour, sache que pas une seconde ne s’écoule sans que toute la Tribu ne pense à toi, ne souffre pour toi, n’espère pour toi.

Demain, nous serons là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s