Quand la lumière s’éteint… (03/01/2012)

Article publié initialement le 3/01/2012

L’année scolaire 2011/2012 avait pourtant si bien commencé pour ma Perle. Elle débutait  son CM1 sous les meilleurs auspices.

Son appréhension de rencontrer un(e) nouvel(le) instit’ fut vite balayée quand elle fit la connaissance de son Maître. Une crème d’homme, gentil, rieur, à l’écoute des besoins intenses d’affection de ma puce. Et surtout, biologiste de formation (une aubaine pour ma perle, passionnée par les animaux), pas formaté « Education Nationale » pour un sou.

Malgré des passages à vide, des petits accès d’angoisse, ces premiers jours de Septembre furent agréables et sereins pour ma Perle, qui prenait le chemin de l’école avec le sourire, apportant fièrement des petits présents à son instituteur.

Hélas, ce bonheur fut de courte durée. Une crise d’angoisse plus intense, un instit qui panique, stresse….Avec une santé physique plus que fragile, ce jour d’Octobre sera le dernier du Maître : arrêt maladie, puis mutation plus proche de son domicile pour épargner son dos..
Et arriva dans notre petite école une remplaçante, motivée…..Nous prenons rdv avec elle pour « expliquer la situation » de ma Perle.

Mais la « mayonnaise » ne prendra pas, et Perle va replonger dans la spirale de l’angoisse, multipliant les crises d’angoisses, de violence, les fugues.

Se met alors en branle le lourd système d’aide éducative de l’Education Nationale. Et le ciel nous tombe sur la tête. Je me vois reprocher l’amour que je porte à ma fille, je me retrouve sur le banc des accusés, trop fusionnelle, trop à l’écoute d’une enfant « manipulatrice, maligne et retorse » !!

L’E.N. me propose fortement le placement de la puce en Centre Spécialisé éloigné, pour la détacher de notre famille (qui d’après la psy sco, est source des problèmes de Perle).
Nous refusons et demandons en premier lieu un aménagement et un soutien de tous les instants à notre fille, pour lui permettre de s’adapter au rythme. C’est d’ailleurs la demande express de notre puce, qui ne souhaite qu’une chose, s’intégrer à son groupe, rester dans cette école, qu’elle connaît depuis bientôt 7 ans, et à laquelle elle est très attachée.

Nous mettons donc en place une adaptation de sa scolarité : seul objectif de Perle : aller en classe tous les jours, sans aucune absence. La maîtresse doit adapter le programme de la puce et lui présenter des activités qui lui permettent de reprendre confiance en elle (éviter l’échec).
Suite à ces décisions, quinze jours sereins suivront, où Margaux trouvera les ressources pour aller en classe, travailler un peu et surtout reprendre sa place dans le groupe.

Et de nouveau, la lumière s’est éteinte…Perle et la Maîtresse s’accrochent. L’instit’ n’a plus les ressources psychologiques pour soutenir notre fille. L’abandonne (oui, je suis de parti pris, évidemment). L’isole, refuse la discussion.

Perle manquera 4 jours sur 5 environ jusqu’aux vacances de Décembre.

Et n’a pas réussi à y aller ce matin….Je suis démunie, désemparée car je sais que l’Education Nationale va « ordonner » son placement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s