Ma différence

Besoin d’écrire.De poser des mots sur ces maux.

De laisser couler ma peine avec l’encre de ma plume.

Pour tenter de conjurer le mauvais sort, réécrire le destin.

dépression

Ma différence, mon enfant.

Il ne peut être écrit que sa vie sera ainsi. Bercée d’illusions, rythmée d’insomnies.

Deuz va mal. Malmenée et désorientée, elle se noie dans un état dépressif.

Et que rien n’apaise sa douleur. Quand elle se réfugie dans les pleurs, dans la violence.

Cela fait tant d’années que Deuz mène ce combat contre ses démons. Tellement de temps à prendre, à laisser filer parfois, pour nous cacher de sa réalité d’enfant difficile, différente.

Et quand, enfin, la situation semble s’éclaircir, l’horizon se dévoiler, il est encore un obstacle à franchir. Une montagne à gravir.

Embourbrée dans des relations amicales difficiles, Deuz perd pied et faiblit. Depuis quelques jours, le sommeil la fuit, les vertiges et nausées ne la quittent plus et la peine lui colle à la peau.

Rien de ce que je dis ou fais ne l’atteint.

Comme il est difficile d’être une Maman, alors. Comme j’aimerais, d’un coup de baguette magique, effacer ses maux et repeindre en rose son adolescence.

Comme j’aimerais, parfois, avoir le droit de secouer ces petites gamines hargneuses qui brisent mon enfant.

Qu’il serait doux de lui montrer son avenir, de lui prouver que sa vie sera plus douce, après.

Que ces instants de conflit ne sont que passagers, que la maturité et l’expérience seront ses alliées face à l’adversité.

Mais à 14 ans, on s’en fout de l’avenir. On s’en fout des belles paroles dont les adultes nous bassinent.

C’est tout de suite, maintenant, que la vie doit être belle et pétillante.

Deuz a de l’amour à revendre, des rires à partager….mais personne n’est là. Rejetée en bloc par une société adolescente perdue. Quand la majorité est conditionnée par des codes sociaux puérils et dangereux. Quand la majorité se moque de la timide, repousse la différente.

Comme il est difficile de la voir souffrir, ma différence. Comme elle fait écho en moi, cette souffrance.

Il ne me reste qu’à passer le relais. Attendre des autres qu’ils prennent soin de mon enfant. Attendre que le temps fasse son œuvre, qu’il panse péniblement ses écorchures.

Faites que tournent les vents et vienne le temps de l’insouciance pour ma différence.

Publicités

12 réflexions sur “Ma différence

  1. Il est vraiment très touchant ce billet, j’en ai une grosse boule dans la gorge.
    Je suis sûre qu’un jour la différence de Deuz fera sa force mais en attendant je lui souhaite que les vents tournent vite.

  2. Bonsoir, je ne connais pas ton blog et en naviguant je suis tomber sur ton post un drôle de hasard ou le destin dirait certains. Et je doit dire que j’ai versé ma larmes car je me reconnais tellement dans cette situation que j’ai vécu il y a 12 ans et aujourd’hui maman ma fille prend cette même direction. Et voir un enfant qui souffre c’est dur en tant que parents autant qu’il est dur pour elle de vivre ses situations. J’espère qu’elle trouvera l’épaule pour la soutenir et l’accompagner durant de nombreuse année. Se fut mon cas bien jeune (16 ans) donc qu’elle rennonce pas la vie s’équilibre et on a tous le droit a notre part de bonheur , bon courage a elle . De tout coeur

    • merci beaucoup pour ton message, qui me touche particulièrement. J’ai connu également une adolescence très difficile, c’est pourquoi la voir traverser cette tourmente m’est insupportable. Il y a un peu plus d’espoir ce soir, elle a pu trouver une écoute et une aide bienveillante au Collège et certaines décisions, qui nécessitent encore réflexions, vont peut-être prises pour son avenir. A suivre donc.
      Merci ♥

  3. C’est terrible et je reconnais dans ton récit: j’en ai bavé depuis toute petite à l’école. j’étais seule et malheureuse parce que les autres me rejetait à cause de ma timidité. Je ne rentrai pas dans le moule et c’était des moqueries et de la méchanceté.
    A l’heure d’aujourd’hui, ça m’a bouffé, cassé et je n’ai pas confiance en moi et je vois que mon loulou de 3 ans et demi prend le mème chemin que moi.
    Il est très timide et se fait battre tous les jours à la maternelle par les autres en revenant plein de bleux..ça me mine!!!
    Je souhaite plein de courage à ta fille.

  4. je comprends ces maux,ils me sont familiés,petite fille ,adolescente ,étudiante timide et introverti j’ai connu la solitude,la moquerie.et encore aujourd’hui je me bats contre ça,en essayant d’etre moins transparente,en me battant contre ma timidité.c’est encore difficile en tant qu’adulte alors en étant ado c l’everest..grosse pensée à toi et ta fille.bisous

  5. Pingback: Brèves de Tribu #2014-02 | La Vie dans ma Tribu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s