Quand la Tribu fait sa rentrée

source : Huffington Post

Par quoi commencer ? Depuis mai dernier, j’en aurais des choses à raconter, drôles ou moins drôles. Des anecdotes de notre quotidien à 7, des réflexions profondes d’une toute nouvelle quadra, des idées à partager, des conseils à chercher….

Je ne sais plus trop quelle ligne je dois suivre. Continuer mon pêle-mêle de billets au gré de l’inspiration ou bien décider d’un fil conducteur plus précis ?

Je ne sais pas s’il reste quelques lecteurs derrière cet écran, si quelqu’un s’intéresse encore aux tribulations de notre famille, mais si jamais ce billet trouve un auditoire, je veux bien votre avis

En attendant, je ne vais pas me soustraire à cette tradition qu’est le billet de rentrée !

En rangée bien alignée, voici quelques nouvelles de la Tribu :

Ma Prems, 19 ans dans moins d’une semaine, a décroché haut la main son Bac Pro Services à la Personne en juillet dernier ! Mon cœur de maman éclate de fierté, ma toute petite est bachelière !

Pas très sûre encore de son orientation, elle a choisi de suivre nos conseils et a repris le chemin de son école ce matin, pour une formation CAP Petite Enfance qui lui permettra au minima de décrocher un poste en crèche, ce que ne lui permettait pas son BAC. En pleine réflexion sur son avenir, elle a pour le moment comme objectif l’obtention de son permis de conduire. Et pour le financer, ma Bella Bionda a décroché un job d’étudiant dans un célèbre fast-food. Les mois à venir vont donc être bien remplis pour ma blonde, entre études, stages pro et travail le week-end.

Ma Deuz, bientôt 18 ans, a décroché avec des notes fort honorables son Bac de Français et a terminé son année de Première avec les félicitations de l’établissement ! Après deux ans de travail acharné, à lutter contre du harcèlement scolaire, des coups de blues et des moments d’abattement, ma ReBelle a triomphé et prouvé à tous ses grandes capacités.

Elle a repris le chemin du lycée ce matin, pour sa dernière année. Elle a en tête d’intégrer ensuite une école supérieure de Management dans la restauration. Pour ce faire, elle a déjà effectué des stages en milieu pro, sur son temps de vacances. Mais avant ça, elle se donne un an de réflexion et de maturation après le Bac, et souhaite s’engager auprès du Bureau Gouvernemental dans une mission de Service Civique.

Mum is so proud again !

Perle, 15 ans tous frais, a terminé son année de 4ème tant bien que mal. Sa re-scolarisation aura été compliquée et difficile jusqu’aux derniers jours. Entre crises d’angoisses, mutisme et bonne volonté, sa phobie scolaire aura mis à mal toute l’équipe pédagogique.

Malgré cela, elle a pu s’épanouir lors de son stage pro, découvrir le métier de chevrière, a apprendre le processus de fabrication des fromages (que nous avons dégusté semaine après semaine, miam !), et aspire à s’accomplir dans cet environnement au quotidien. Pour cela, elle envisage d’intégrer un CAP agricole, voir (si son niveau scolaire, encore trop fragile actuellement, le permet) un BAC Pro Agricole.

Mais, alors qu’elle préparait soigneusement son cartable, un peu angoissée mais impatiente de reprendre les cours, nous apprenons que l’école ne souhaite pas forcément son retour, craignant de nouveaux conflits. Craintes tout à fait recevables, mais grosse déception pour nous. Que va-telle devenir si elle ne peut poursuivre en 3ème ? Les scenarii catastrophes se bousculent sous mon front, à l’idée de devoir reprendre l’IEF, alors même que ma situation personnelle va connaître de grands changements.

Ma Championne, 13 ans, a traversé de sales moments au printemps dernier. Sans signe annonciateur, une grosse angoisse l’a submergée et ma puce n’a pu reprendre le chemin du collège depuis mars dernier. Nous avons multiplié les suivis psys, médicaux, pédagogiques, rencontré mitraille de spécialistes, alerté toute l’équipe du collège. Nous ne savons toujours pas ce qui a bien pu provoquer cette terreur soudaine.

J’ai donc assuré ses cours pour le dernier trimestre, tout en multipliant les appels à l’aide auprès des instances concernées. Notre choupette est suivie depuis par le CMP du secteur. Et après négociations, le collège a bien voulu l’inscrire pour cette année, en 4ème, en lui proposant même de désigner une camarade qui pourrait être intégrée à sa classe. Sa rentrée, c’est demain, et j’avoue que le stress nous tord le bide depuis quelques jours.

Quant à mon Fiston, mon tout petit, mon ange blond, qui a tellement grandi ces derniers mois, tout en fougue et en insolence, mais tellement câlin et fusionnel. Il est entré ce matin en CE2, le sourire un peu figé, les yeux un peu humides, mais l’air bravache et le pas décidé. Il mène son petit bonhomme de chemin, un peu perdu parfois. Le temps me manque souvent, l’énergie aussi, et la culpabilité me pince le cœur de le voir jouer seul, petit garçon de 8 ans au milieu de toutes ces jeunes femmes.

Et nous, Monsieur mon Mari et moi, devons tenir la barre de ce catamaran qu’est notre Tribu. Entre mer d’huile et vagues démontées, nous avons failli nous perdre, encore.

Mais encore, nous avons bataillé, serré les dents et resserré nos liens.
MMM entame un chemin bien difficile depuis quelques mois, dont je n’étalerai pas les tenants ici, mais je le soutiens dans ces choix bien ardus.

Et pour pallier aux difficultés que son cheminement implique, j’ai du revoir mes aspirations personnelles. Plutôt que d’entamer les démarches de V.A.E du diplôme d’A.P., j’ai du me mettre à la recherche d’un emploi « alimentaire » selon la formule consacrée. Si tout se déroule comme prévu, je devrais prendre mon nouveau poste, la semaine prochaine. Un boulot pas très épanouissant, de nuit, mais qui ramènera des pâtes dans les assiettes et de la sérénité dans nos têtes. Et qui sait, me connaissant, cela risque même de me plaire !

Ainsi donc le mois de Septembre commence comme celui de l’an dernier, et celui encore avant, dans l’incertitude, avec son lot d’angoisses. Mais je retiendrais aussi la sérénité de mes aînées, l’amour qui nous lie toujours plus fort dans la tempête, et soyez sûrs que notre barque continuera la traversée !

Et vous, racontez-moi votre rentrée !

Prenez soin de vous,

A bientôt !

 

Publicités

Le printemps revient toujours

Chaque cycle, je l’oublie.

Dans la grisaille, le froid et le repli que l’hiver sombre m’impose, vidée de toute énergie créative, je plonge dans une léthargie morose et stérile.

Et pourtant.

Quand les piaillements criards de dizaines d’oiseaux me tirent d’un sommeil plus paisible.

Quand la douce tiédeur d’un soleil pâle détend mon front soucieux.

Quand j’ancre mes pieds au sol, à la Terre, et que je me reconnecte.

Quand je sens, enfin, se propager en moi une sève de vie régénérative.

Quand chaque cellule de mon corps sort de son hibernation et me fait sentir vivante.

Vivante parmi les miens.

Vivante et partie prenante d’unTout.

Et je respire, emplis mes poumons de tout l’oxygène que notre planète m’offre.

Et j’écoute. Les mélodies et les chants de ces charmeurs qui m’accompagnent depuis tant d’années. Mes petits piafs, mon rouge-gorge si téméraire, Monsieur mon merle, si ventru et protecteur. Qui, à chaque renouveau, s’égosillent et s’éparpillent dans leurs arbres, dans ce jardin sauvage que nous partageons depuis tant d’années maintenant.

Et qui me rappellent que la Vie, ma Vie est là.

Dans les bourgeons qui tendent leurs minuscules feuilles vers l’horizon.

Dans cette brise qui berce les papillons butineurs.

Dans chaque insecte qui, instinctivement, reprend ses activités printanières.

Le printemps revient toujours.

La Terre guide mes pas, source de vie et d’espérances.

Le printemps revient toujours.

Dans mon jardin, dans mon coeur et dans mon âme.

Et malgré les orages et les tempêtes qui grondent derrière mon front, je me surprends à sourire.

A ressentir de l’amour, et mon coeur à se gonfler de vie.

Alors je prends le temps de sentir. De communier. De me partager, me diluer dans l’immensité de la Grande Terre.

Je suis bénie.

Je suis vivante.

Je suis debout.

Je suis forte.

Le printemps est revenu.

Bon débarras (et meilleurs voeux)

bye2016

Plions-nous une fois encore à la tradition bloguesque, et tirons un trait sur l’an finissant.

Qu’il fut long, cet an 2016 ! Qu’en garderai-je en mémoire, je ne sais pas.

Entre larmes et peines, galères et doutes, la Tribu a souffert. En clair, on a ramassé.

Mais il faut bien relever la tête et n’en conserver que le meilleur, pour que l’idée de recommencer une nouvelle année ne nous donne pas l’envie de tout plaquer.

Trêve d’envolées dramatiques, voici en quelques mots, sans hypocrisie, un résumé de notre année.

Tout d’abord, je définirai 2016 en un seul mot : CHANGEMENT.

  • Perle a intégré une nouvelle école, mettant fin à deux ans de non-scolarisation.
  • J’ai quitté mon travail d’Auxiliaire de Puériculture, pour me consacrer à d’autres projets
  • J’ai créé mon entreprise, puis abandonné devant l’ampleur de la tâche
  • Deuz est devenue une jeune fille extra, et a définitivement tiré un trait sur son double maléfique
  • Championne a souffert, s’est battue et finalement a choisi le plaisir et le partage plutôt que la compétition à tout prix
  • J’ai relancé l’activité de mon entreprise, parce que finalement, je me suis un peu oubliée dans tout ça
  • Prems a eu 18 ans !! et je n’en suis toujours pas remise !
  • Un bébé tout-neuf a relancé ma machine à bisous, et j’en suis comblée (coucou mon neveu chéri)

Bref, je vais clore le chapitre 2016 avec encore beaucoup de regrets, de rancœurs, de déceptions.

Mais je vais écrire les premiers mots de notre an nouveau, pleine d’espérances, de projets plus fous les uns que les autres, avide d’aventures et de partage. Mon maître-mot pour 2017 sera RÉALISER !

En attendant de vous présenter mes vœux, dans quelques heures, permettez-moi de vous souhaiter un excellent samedi, qu’il soit festif ou ordinaire.

Prenez soin de vous et vos proches, aimez-vous, pardonnez-vous, soyez fous !

Bien à vous,

Ingrid.

Alors je prie

Nous sommes le mardi 21 décembre 2016, je suis confortablement assise dans mon canapé, devant ma cheminée qui flambe sous les bûches dont je l’alimente régulièrement.

J’entends Fiston commenter la partie de jeu vidéo de Championne. J’entends aussi Perle renifler, pas bien remise de sa grippe.

Je sais Deuz presque réveillée, sous sa couette, sans doute en train de « checker » les derniers SMS reçus dans la nuit.

J’imagine Prems et Monsieur Mon Mari occupés au boulot, à une quarantaine de kilomètres de là.

Ces dernières semaines, j’ai comme une envie de me plaindre, de pleurer, une boule amère dans la gorge.

Parce que tout ne va pas comme dans du velours pour moi, pour nous.

Parce que l’année se finit chichement, parce que notre Noël sera frugal, parce que plein d’autres peines, chagrins, espérances désabusées et tant d’autres contrariétés.

Et puis, j’ai honte. HONTE.

Tout va bien pour moi, pour eux, pour nous.

Parce que justement, nous sommes nous, unis sous le même toit. Un toit sûr et chauffé. Un toit à nous. Dans un confort inégalable. Nourris et en bonne santé. Soignés si besoin. Protégés.

Parce que mes enfants ne seront pas séparés, blessés, perdus, tués. Parce que mon mari ne sera pas enrôlé, ou torturé, ou exilé.

Parce que je ne serai pas violée, vendue, bafouée.

Parce que chaque jour m’apporte leurs câlins, leurs baisers, leurs disputes même. Autour d’une table garnie. Ou bien dans un lit douillet.

 

Des mots brouillons et mal agencés pour exprimer cette peur qui me tord le bide. Quand je prépare des colis de vêtements chauds, pour ceux arrivés en France ou dans des camps ailleurs. Quand je sais que la famille S., avec ses 6 enfants, va encore dormir dehors cette nuit, quelque part dans Lyon, comme tant d’autres. Quand j’attends des nouvelles des évacués, et que j’apprends l’horreur.

Quand partout, sur notre Terre, l’humanité se meurt.

Alors moi l’athée, la cartésienne, la française moyenne, je prie. Je pleure et je prie.

Priez avec moi. S’il vous plaît.

pray

 

Quand le monstre se réveille

Elle recommençait à se camoufler. Sa grosse veste portée en permanence, une carapace salie et usée. Je la surprenais de nouveau à courber les épaules, à fermer les yeux. Sa bouche témoignait de ses peurs, hachée, triturée et blessée par ses doigts tremblants et nerveux.

Son sourire se faisait moins vif, ses paroles moins nombreuses.

Le matin, à l’aube, alors que l’heure de la réveiller avait sonné depuis longtemps, j’hésitais, le coeur noué. Je le jouais à quitte ou double. Un sourire ou des larmes. Jackpot gagnant lorsqu’elle se préparait seule, sans que j’ai à la motiver dix fois. Echec et mat, lorsqu’à l’heure de sortir dans la gelée matinale, elle était encore enfouie sous sa couette, la mine renfrognée et le front soucieux.

L’angoisse avait repris le dessus.

angoisse

Le monstre tapi en son sein, bien qu’amadoué depuis quelques mois, n’en restait pas moins bien présent. Lourd et serrant d’une griffe de plomb la douce âme de mon enfant.

Alors, je reprenais mes litanies sans fin. Des encouragements et des câlins. Des caresses et des « cajolades ».

Parfois aussi, les larmes roulaient sur mes joues, sur mes mots, quand la fatigue et la peur étaient trop fortes.
Parfois même, les cris écorchaient ma gorge serrée, quand plus rien ne d’autre ne venait soulager notre peine.

J’étais démunie, j’étais une maman en carton.

Le monstre sortait de son sommeil pour bousculer ma Douce. Il crochetait, agrippait, retenait mon enfant, alors qu’elle était toute entière tournée vers un demain plus serein.

La fatigue physique venait amplifier la rage du Démon. Des jours et des jours à arpenter les chemins de terre, dans le froid et la bise. Des soirs et des week-ends, à courir et dribbler, sur le terrain vert.
Du plaisir pourtant, de la joie et de l’envie aussi.
Mais elle était bien fragile, quand même, ma fille.

Elle était si petite, malgré sa taille de géante.

Elle avait affronté et remporté déjà de nombreuses batailles contre ce monstre invisible.

Elle avait durci le front et serré les dents. Elle avait relevé la tête et bravé le vent.

Mais cette fois-ci, elle devait reculer.

Respirer. Expirer. Prier.

Presqu’à terre et sans souffle, nous allions nous relever, LA relever. La soutenir et la porter. Encore. Toujours.

Malgré la douleur qui grince dans mes os, et hurle dans mon cœur.

Malgré la peur qui broie nos âmes.

Elle va se relever. Bientôt.

Parce qu’elle a décidé de se battre. Parce qu’elle a décidé de GAGNER.

lc3a9chelle-du-succc3a8s

Quand je ne réalise pas

lacher-prise-avec-la-passe

Je vous racontais il y a quelques jours comment Perle affronte vaillamment ses démons, pour être « normale ».

Mais j’ai le doute et l’angoisse chevillés au cœur depuis si longtemps, que je n’arrive pas à relâcher ma vigilance. Tout le temps, trop fort.

Quand je la dépose à son travail, au centre équestre, et que je la suis du regard, discrètement dans le rétroviseur, pour être sûre qu’elle y va bien. Quand mon doute est persuadé qu’elle va se planquer quelque part, et m’attendre jusqu’au soir.

Quand je la récupère le soir, et que de loin, je guette déjà les signes de l’angoisse ou de la tristesse sur son visage.

Quand j’interprète chacun de ses silences comme un mal-être. 

Quand je provoque la discussion au sujet de l’internat et que je devine (imagine ?) sa panique.

Quand, lors des entraînements de foot, je reste toujours auprès d’elle, répondant pour elle à ses co-équipières, détournant son attention, pour la détendre.

Mais a-t’elle encore besoin de mes remparts ? A-t’elle encore besoin de mon bouclier, de ma voix, de mes bras, à chacun de ses pas ?

Quand elle est debout dès l’aube, prête bien avant l’heure, dévorant chaque repas, tellement le travail physique la stimule.

Quand elle rentre le soir, percluse de fatigue, recouverte de poussière et de graisse à sellerie.

Quand elle raconte, un peu, les bêtises des chevaux.

Quand elle devient acharnée, obstinée, sur le terrain vert, alors que ses jambes ne la portent plus et que son souffle est trop court.

Quand je la vois prendre, un peu, de distance avec moi devant ses co-équipières. Quand, de loin, je la vois répondre aux conversations des filles.

Quand elle s’applique pour ses devoirs scolaires, les effectuant de bon cœur.

Quand elle parle de son retour à l’internat, lundi prochain, avec crainte mais pas trop quand même.

Quand je la trouve encore grandie, que son mètre soixante-dix me semble gigantesque, parce que maintenant son visage n’est plus jamais caché derrière ses cheveux.

Mais je ne réalise toujours pas. 8 ans de cauchemars collés à ma peau. 8 ans à affronter le monde pour elle, à la cacher derrière moi, à avancer à reculons, pesant chacun de mes mots, de mes regards, pour ne pas exacerber encore plus son angoisse.

8 ans où chaque semblant d’avancée est balayé par un recul violent.

Il va falloir que je baisse les armes, que je lâche prise. Que je lui lâche la main. 

Il va bien falloir, hein. Mais bon sang, qu’est-ce que ça fait peur.