Bon débarras (et meilleurs voeux)

bye2016

Plions-nous une fois encore à la tradition bloguesque, et tirons un trait sur l’an finissant.

Qu’il fut long, cet an 2016 ! Qu’en garderai-je en mémoire, je ne sais pas.

Entre larmes et peines, galères et doutes, la Tribu a souffert. En clair, on a ramassé.

Mais il faut bien relever la tête et n’en conserver que le meilleur, pour que l’idée de recommencer une nouvelle année ne nous donne pas l’envie de tout plaquer.

Trêve d’envolées dramatiques, voici en quelques mots, sans hypocrisie, un résumé de notre année.

Tout d’abord, je définirai 2016 en un seul mot : CHANGEMENT.

  • Perle a intégré une nouvelle école, mettant fin à deux ans de non-scolarisation.
  • J’ai quitté mon travail d’Auxiliaire de Puériculture, pour me consacrer à d’autres projets
  • J’ai créé mon entreprise, puis abandonné devant l’ampleur de la tâche
  • Deuz est devenue une jeune fille extra, et a définitivement tiré un trait sur son double maléfique
  • Championne a souffert, s’est battue et finalement a choisi le plaisir et le partage plutôt que la compétition à tout prix
  • J’ai relancé l’activité de mon entreprise, parce que finalement, je me suis un peu oubliée dans tout ça
  • Prems a eu 18 ans !! et je n’en suis toujours pas remise !
  • Un bébé tout-neuf a relancé ma machine à bisous, et j’en suis comblée (coucou mon neveu chéri)

Bref, je vais clore le chapitre 2016 avec encore beaucoup de regrets, de rancœurs, de déceptions.

Mais je vais écrire les premiers mots de notre an nouveau, pleine d’espérances, de projets plus fous les uns que les autres, avide d’aventures et de partage. Mon maître-mot pour 2017 sera RÉALISER !

En attendant de vous présenter mes vœux, dans quelques heures, permettez-moi de vous souhaiter un excellent samedi, qu’il soit festif ou ordinaire.

Prenez soin de vous et vos proches, aimez-vous, pardonnez-vous, soyez fous !

Bien à vous,

Ingrid.

Brèves (pas si brèves) de Tribu

Je souffle un grand coup sur les touches du clavier, histoire de faire voleter la poussière accumulée là… Je souffle un grand coup aussi sur mes pensées, ensevelies sous les couches de fatigue et d’heures de sommeil manquées…

Voilà, la place est nette. Mon ordinateur ronronne sur mes genoux, la page blanche s’offre toute entière à la mélodie que vont jouer mes doigts sur le clavier.

Ce soir, je jouerai une partition libre, sans notes et sans portée, tellement mes idées sont mélangées et confuses. Le temps, encore une fois, se fait bien pressant et autoritaire, trop pressant, pour me laisser seulement l’espace de créer une sérénade, ou mieux encore, une opérette légère et mutine.

Aussi, comme souvent, je vais poser là, à l’état brut, quelques anecdotes, quelques pensées, pour vous raconter la vie dans ma Tribu.

Et, plutôt que des notes, ce seront des points. Comme ceux griffonnés sur mes to-do-lists, emplissant mon carnet de notes et mes tiroirs. Et que j’oublie, que j’enfouis, aussitôt écrites.

  • Fiston a fêté ses six ans ce mois-ci. Et aussi perdu une dent. Mon toutpetit, qui fait trembler mon monde depuis sa naissance. Mon blondinet, qui use et abuse de son charme ravageur pour nous faire oublier ses accès de colère. Mon ex-insomniaque, qui dort enfin tout son soûl, nuit après nuit, parfois dans son lit, parfois dans le notre, collés-serrés comme avant. Mon grand garçon, qui progresse jour après jour dans ses apprentissages, qui râle quand je le traite comme un bébé. Mon zébulon, qui bondit et tournoie sans cesse, jusqu’à m’en donner le tournis. Mon insolent, qui ne contient pas encore ses accès de colère et de rage, nous abreuvant régulièrement de ses logorrhées acerbes et violentes. Il me fatigue et me fascine. Il me manque et m’étouffe. Il va bien !
  • Championne. Celle que j’ai longtemps surnommée Mini-Bulldozer. Qui ne l’est plus vraiment, ma brunette. Oui, elle a toujours ces accès d’énergie qui la font installer un terrain de foot dans sa chambre, entre la poussette et la caisse de Légo en guise de cages. Oui, elle a toujours ce grain de folie, qui la bouscule des rires aux larmes sans transition. Mais elle grandit. Physiquement d’abord. Quand elle m’enserre de ses bras musclés, et que sa tête repose bien trop haut sur mon sein. Ma crevette est en passe de devenir une grande perche. Mentalement, ensuite. Quand ses réflexions et ses pensées l’emmènent sur des chemins d’adolescente. Quand elle écoute, quand elle comprend, quand elle questionne. Son parcours d’écolière reste serein, bien que parfois parsemé d’embûches désagréables. Comme le départ en congé maternité de son institutrice adorée, et l’arrivée d’une remplaçante revêche. Comme ces failles dans ses acquisitions, qui me font frémir en pensant à son entrée prochaine au collège. Mais elle va bien, très bien. Toujours ballon au pied, bien qu’un peu éloignée des terrains depuis quelques mois. Un match ou tournoi par semaine plutôt que trois…
  • Perle. Un mois aujourd’hui que j’ai décidé de la retirer du collège. Un mois que nous sommes libérés, soulagés, débarrassés de cette tension, de cette appréhension constante. Un mois que nous retrouvons notre fille. Souriante et détendue. Reposée. Perle grandit aussi. Physiquement bien sûr. Ma puce a déjà dépassé ses aînées, bien frustrées d’ailleurs, et du haut de son mètre soixante-cinq, réussit à se faire oublier, tellement discrète et réservée. Mentalement aussi. Elle n’aime rien plus que se faire toute petite, roulée en boule dans un coin de son lit, cachée, silencieuse. Sa sensibilité extrême, son âge aussi, font que Perle se fond dans le décor et nous devons régulièrement aller la titiller pour qu’elle accepte enfin de sortir de son repaire. Elle a débuté la semaine dernière ses séjours chez mon papa. Elle y passera désormais la semaine, pour étudier d’abord, et pour vivre aussi. Mon papa adoré prend ainsi notre relais, afin que Perle ne reste pas cloîtrée dans sa tanière toute la journée, en attendant que nous rentrions du travail. Cette première semaine s’est bien déroulée, malgré quelques coups de blues de ma Blonde. Elle y repart demain, après son entretien hebdomadaire avec sa thérapeute. Nous nous donnons le temps. Qu’elle prenne ses aises, ses repères. Que l’on voit si elle progresse dans son programme scolaire. Que l’on constate, ou pas, si cet arrangement lui convient, nous convient, convient à ses grands-parents. On prend le temps. Et elle va bien !
  • Deuz. Après un mois de Janvier extrêmement compliqué et sombre pour ma belle brune, le ciel s’éclaircit un peu, son sourire revient. Entre bravades et confidences, ma Différence s’apaise. Et pourtant ce n’est pas simple. Une année scolaire qui se fait chaotique, parce qu’elle n’a pas trouvé de stage professionnel. Parce qu’elle ne supporte plus trop les comportements de ses camarades de classe. Parce qu’elle est lasse, de tout. Qu’elle a tenté le pire, il y a quelques semaines. Mais a appelé à l’aide. M’a appelée. Malgré ses paroles, qui me blessent souvent, malgré ses rebuffades fréquentes, notre complicité est encore là, bien que fragile et malmenée. Des mots doux viennent parfois se glisser dans le creux de sa voix (enfin de ses textos, adolescente des années 2000 oblige). Des heures de confidences croisées aussi parfois. Souvent, un frisson d’angoisse me parcourt lorsque je pense à ma fille. Je ne sais encore où la mèneront ses pas, où l’entraînera son non-conformisme. Et pourtant. Et pourtant je me prends à sourire, à pleurer aussi, en la contemplant. Parce que, bien qu’elle ne supporte pas quand je dis ça, nous nous ressemblons tellement. Je sais sa sensibilité, je sais sa soif d’amour, ses velléités d’indépendance, son envie d’être une Autre, d’être Ailleurs. Je ne peux pas dire qu’elle va bien, ce soir, parce que l’angoisse me ronge toujours. Mais nous sommes ensemble et je vais me battre pour elle, encore et encore, pour qu’enfin un jour, je puisse dire sincèrement qu’elle va bien !
  • Prems. Ma Bella Bionda, ma toute grande. Qui ne l’est pas vraiment ces temps-ci. Elle oscille entre 5 et 10 ans d’âge mental dernièrement. Toujours à titiller ses cadets, amorçant les jeux les plus bruyants et les moins appropriés. Des bagarres remuantes et braillardes. Des parties de cache-cache hystériques. Qui finissent mal, en général. Mais elle est toujours aussi maternante et responsable. Prenant notre relais dès que le besoin s’en fait sentir. Un peu trop bien parfois, oubliant que ses cadets ne sont pas ses enfants. Quand elle essaye de les mener à la baguette et qu’ils se rebiffent. Quand je dois, régulièrement, lui rappeler que JE suis la mère, bien qu’absente trop souvent. Mais elle est toujours aussi bonne élève, complimentée et apprécié par ses formateurs. Bien intégrée à l’école maternelle où elle effectue son stage. Où elle s’épanouit de jour en jour, appréciant toujours autant de côtoyer les enfants. Elle va bien !
  • Monsieur Mon Mari. Qui enchaîne nuit après nuit des heures de travail éprouvant, entre la gestion de ses équipes et la pression de ses supérieurs. Qui me paraît bien malmené ces derniers temps, presque atteint. Après la passion de nos retrouvailles, la routine a vite repris le dessus et ils sont rares, nos moments d’intimité. Une soirée par semaine, il ne nous reste que ça pour exister. Mais entre nos cinq têtes blondes, nos soucis personnels et la tenace fatigue qui brise nos corps, nos instants complices se réduisent à une peau de chagrin ces derniers temps. Et j’en suis bien chagrine… Va-t-il bien ? Je n’en sais rien.
  • Et moi, et moi et moi… Bien qu’en temps partiel, mon activité professionnelle prend quasi toute la place dans mes journées. Parce que je ne laisse pas mon travail en claquant la porte du service. Parce que les situations compliquées de nos résidentes hantent mon esprit. Parce que je ne suis pas satisfaite de ma pratique professionnelle. Je ne me trouve pas à la hauteur. Je n’ai pas encore trouvé ma bonne place, depuis septembre que j’occupe ce poste. Je me questionne toujours autant sur ce choix. Ai-je eu raison ? Ou tort ? La réponse tourne et virevolte dans mon esprit, et j’attends patiemment qu’elle se pose. Côté personnel, la vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Je cours après les heures, trop peu nombreuses, pour abattre la charge de travail de mon rôle de mère. Entre lessives étendues à 22h, mots des instits signés en me lavant les dents, histoire pas racontée, câlin abrégé, je me sens frustrée et fatiguée. Et je n’ose me plaindre, j’ai si souvent entendu quelle chance j’avais, d’avoir un boulot aux horaires à la cool (si t’oublie les 2h de trajet quotidien), dans un secteur sécurisé (ouais la fonction publique, quand t’es contractuelle en CDD, ça n’a rien d’une sinécure), du peu de responsabilités (et donc de charge de travail) que génère mon poste (et donc, je ne suis qu’une 5ème roue, un accessoire parfois). Mes enfants me manquent terriblement. Entre baisers volés, et plâtrée de pâtes trop cuites, je me sens toujours entre deux portes, pensant toujours à l’heure d’après, au rendez-vous programmé, aux cours de Perle à rédiger, aux placards vides, aux factures impayées… Je ne vais pas très bien donc, même si jour après jour, le temps défile sans trop d’accrocs, dans notre organisation bien rodée. J’aimerais retrouver mon Mari, m’oublier dans ses bras. Je voudrais pouvoir prendre le temps de câliner mes enfants, de les écouter vraiment. Je souhaiterais que la roue cesse enfin ses tours infernaux et que ma vie redevienne comme avant. Mais avant quoi, je sais pas trop…

Mais on fait aller, comme on dit. Nous sommes en bonne santé, nous sommes soudés, nous sommes sept et nous formons une famille, notre unité, notre univers.

Un goût d’amertume

dépressionDéscolarisation – phobie scolaire – certificats médicaux et j’en passe et des meilleures.. Comme une impression de déjà-vu, un goût d’amertume, une envie de pleurer.

Nous pensions avoir tourné la page, refermé le sombre livre de la dépression enfantine…

Comme nous nous trompions. Comme nous nous bercions d’illusions. Nous nous vautrons dans la félicité et la fierté toute parentale d’avoir réussi à extirper Perle de ses angoisses extrêmes. Nous nous enorgueillissons de notre écoute bienveillante, notre attention constante qui la soutenaient et la préservaient des rechutes. Rechutes qu’elle ne connaît plus. Radieuse, elle évolue chaque jour vers son avenir.

Comme le revers de bâton est douloureux. Comme le chagrin est fort quand il a déjà été goûté. Comme l’incrédulité, l’incompréhension et les doutes sont violents quand le cauchemar touche celle qui nous semblait la plus sereine.

Ma belle blonde. Ma toute grande. Ma première.

Notre aînée s’étiole depuis quelques semaines, se recroqueville, se brise. Sans mots à appliquer sur ses maux. Dans les larmes, l’insomnie et les mutilations. Dans la panique, la peur et l’angoisse.

Et pourtant, elle est si souriante, si aimante et câline. Bien à l’abri dans notre maison. Bien à l’abri dans nos bras. Et devient tout autre, tremblante et agonisante lorsqu’il s’agit de franchir les portes du Lycée.

Nous l’avons serrée fort fort dans nos bras, mais cela n’a pas suffit. Nous avons pleuré avec elle, pour elle, mais cela ne l’a pas guérie. Nous avons fait semblant de ne pas entendre les semonces de la société, de ne pas supporter la pression des administrations. Mais ils nous ont écrasés.

Et les grands mots ont été prononcés. Pour nous préserver, garantir l’équilibre de notre famille, assurer son bien-être psychologique, il a fallu mettre ces vilains mots sur un mal-être indéfinissable, inquiétant et envahissant.

Phobie scolaire. Pourquoi ? Comment ? Ma belle blonde, mon actrice en herbe, si sociable et sans accroc. Ma précoce, ma surdouée. Qui s’effondre alors que tout lui sourit. Qui se craquelle alors qu’elle semblait faite de titane et de rires.

Aujourd’hui est le premier jour d’un hiver noir….

Comme un goût d’amertume.

En attendant le Printemps.