L’art délicat de l’unschooling à temps partiel

Si j’avais suivi mes inspirations profondes, et non les diktats et pressions de la société (tout le monde fait comme ça, on suit le mouvement, point barre), j’aurais choisi de pratiquer l’unschooling* pour toute ma tribu.

Les années passant, j’ai constaté comment la scolarisation en établissement peut annihiler l’enthousiasme, la création et les apprentissages spontanés de l’enfant. Mes différentes expériences – professionnelles et personnelles, ont éclairé et enrichi ma réflexion éducative et j’assiste, souvent frustrée, au cloisonnement de la personnalité de nos enfants.

Bon, mes enfants scolarisés sont, la plupart du temps, heureux et épanouis dans leurs établissements respectifs, et j’en mesure les bienfaits (entre deux récriminations contre ce système étriqué et restrictif ahem). Je ne parle pas là de bienfaits au niveau des acquisitions dites « scolaires » mais plutôt au niveau des échanges sociaux, de l’apprentissage de la communication entre pairs, bien qu’évidemment tout ceci se rencontre aisément dans notre vie au quotidien.

Mais voilà, notre vie s’est ainsi mise en place, et on s’en satisfait pas trop mal.

Sauf pour Perle. Ma douce, ma tendre aura toujours bataillé pour s’insérer dans la petite case sociétale qui lui est dévolue, sans jamais y parvenir.

Au sein de la fratrie déjà, quant elle se faisait oublier au lieu de prendre sa place. Discrète, silencieuse et observatrice, il lui aura fallu presque 14 ans pour parvenir à communiquer « d’égale à égale » avec ses sœurs, même si cela reste fragile, et que bien souvent, elle s’efface. Avec son frère, cela a été totalement différent, du fait de sa présence régulière à la maison, Perle et Fiston ont un lien fusionnel et quasi gémellaire.

Au sein de l’école, très vite, quand les professionnels l’ont forcée à rentrer dans le moule, l’ont critiquée, brimée, blessée.

Et de ce fait, au sein de la société, que Perle a pris en horreur, terrifiée par les adultes, puis les adolescents, jusqu’aux petits enfants qui la mettent mal à l’aise et en situation d’angoisse.

Et c’est ainsi que nous avons été broyés par les rouages de ce système, confrontés à la pression des professionnels pour la « soigner », errant d’instances en instances, de prises en charge médicales aux suivis pédo-psychiatriques.

Et que nous avons piétiné l’enthousiasme et la liberté d’être de notre fille. Réduite à une étiquette, imposante et tenace, d’enfant « à problèmes », « inadaptée », « handicapée ».

Je ne culpabilise pas (bon, un peu, mais j’y travaille), car nous avons toujours agi « pour elle », « dans son intérêt ».

Je sais maintenant que nous aurions dû freiner des quatre fers. Que nous aurions dû tout simplement proposer à notre enfant un environnement sain et adapté à son évolution. Que ce soit l’unschooling, les structures de pédagogies Montessori, Freinet ou que sais-je encore, des alternatives au système scolaire classique étaient possibles.

Mais on ne peut malheureusement pas effacer toutes ces années d’errance et nous devons continuer à avancer, à l’accompagner dans son cheminement.

Et aujourd’hui, ce qu’il lui faut, c’est prendre son temps. Observer, réfléchir, expérimenter tout ce qui lui fait envie, lui correspond, l’intéresse, la questionne. Que ce soit apprendre la fabrication d’un fromage de chèvre (merci Nathalie !), la construction d’une cabane, la pratique du football féminin, l’élevage caprin, et tellement d’autres domaines.
Vient alors l’art délicat de concilier ses besoins à notre rythme de vie, cadré par des horaires d’école, de travail, d’activités périscolaires, de trajets stage/école/job d’étudiants liés à la scolarisation de nos autres enfants.

En effet, ce n’est pas évident d’accompagner Perle dans ses découvertes, quand il faut sans cesse tout laisser en plan pour aller récupérer Fiston, le faire manger, repartir, et ainsi de suite pour lui et les autres. Ce n’est pas compatible avec par exemple, une expédition en forêt, la visite d’un musée (tout est à au moins 30 km d’ici), ou la mise en place d’une activité type lapbook ou autre recherche….

Et me voici frustrée, coincée, entre l’envie de suivre les aspirations de Perle, et mes multiples obligations de mère auprès de mes autres enfants.

Alors aujourd’hui, on pratique l’unschooling à temps partiel, en attendant mieux.

NDLR : sinon au moment où j’allais publier ce billet, Perle s’est entaillée sérieusement l’index (en préparant le gratin dauphinois pour le repas) et part en urgence à l’hôpital avec son Papa. 

NDLR2 : bilan de l’accident : Perle a donc interdiction de bouger la main jusqu’à la cicatrisation. Elle est ravie d’échapper ainsi aux activités formelles (dictées, exos divers), mais très déçue car cette immobilisation la prive également de football… A suivre.

 

*unschooling : c’est instruire nos enfants de façon non dirigée, suivant leurs évolutions, aspirations, choix d’apprentissage. Ici, je mixte entre les programmes officiels correspondant aux besoins de Perle (enseignement technique agricole),  des supports formels (pour les notions indispensables comme les bases opératoires, l’orthographe etc), et les découvertes au quotidien suivant sa demande (jardinage, visites de lieu, découverte d’exploitation agricole, cuisine, couture et tellement d’autres choses)

 

Publicités

Quand la Tribu fait sa rentrée

source : Huffington Post

Par quoi commencer ? Depuis mai dernier, j’en aurais des choses à raconter, drôles ou moins drôles. Des anecdotes de notre quotidien à 7, des réflexions profondes d’une toute nouvelle quadra, des idées à partager, des conseils à chercher….

Je ne sais plus trop quelle ligne je dois suivre. Continuer mon pêle-mêle de billets au gré de l’inspiration ou bien décider d’un fil conducteur plus précis ?

Je ne sais pas s’il reste quelques lecteurs derrière cet écran, si quelqu’un s’intéresse encore aux tribulations de notre famille, mais si jamais ce billet trouve un auditoire, je veux bien votre avis

En attendant, je ne vais pas me soustraire à cette tradition qu’est le billet de rentrée !

En rangée bien alignée, voici quelques nouvelles de la Tribu :

Ma Prems, 19 ans dans moins d’une semaine, a décroché haut la main son Bac Pro Services à la Personne en juillet dernier ! Mon cœur de maman éclate de fierté, ma toute petite est bachelière !

Pas très sûre encore de son orientation, elle a choisi de suivre nos conseils et a repris le chemin de son école ce matin, pour une formation CAP Petite Enfance qui lui permettra au minima de décrocher un poste en crèche, ce que ne lui permettait pas son BAC. En pleine réflexion sur son avenir, elle a pour le moment comme objectif l’obtention de son permis de conduire. Et pour le financer, ma Bella Bionda a décroché un job d’étudiant dans un célèbre fast-food. Les mois à venir vont donc être bien remplis pour ma blonde, entre études, stages pro et travail le week-end.

Ma Deuz, bientôt 18 ans, a décroché avec des notes fort honorables son Bac de Français et a terminé son année de Première avec les félicitations de l’établissement ! Après deux ans de travail acharné, à lutter contre du harcèlement scolaire, des coups de blues et des moments d’abattement, ma ReBelle a triomphé et prouvé à tous ses grandes capacités.

Elle a repris le chemin du lycée ce matin, pour sa dernière année. Elle a en tête d’intégrer ensuite une école supérieure de Management dans la restauration. Pour ce faire, elle a déjà effectué des stages en milieu pro, sur son temps de vacances. Mais avant ça, elle se donne un an de réflexion et de maturation après le Bac, et souhaite s’engager auprès du Bureau Gouvernemental dans une mission de Service Civique.

Mum is so proud again !

Perle, 15 ans tous frais, a terminé son année de 4ème tant bien que mal. Sa re-scolarisation aura été compliquée et difficile jusqu’aux derniers jours. Entre crises d’angoisses, mutisme et bonne volonté, sa phobie scolaire aura mis à mal toute l’équipe pédagogique.

Malgré cela, elle a pu s’épanouir lors de son stage pro, découvrir le métier de chevrière, a apprendre le processus de fabrication des fromages (que nous avons dégusté semaine après semaine, miam !), et aspire à s’accomplir dans cet environnement au quotidien. Pour cela, elle envisage d’intégrer un CAP agricole, voir (si son niveau scolaire, encore trop fragile actuellement, le permet) un BAC Pro Agricole.

Mais, alors qu’elle préparait soigneusement son cartable, un peu angoissée mais impatiente de reprendre les cours, nous apprenons que l’école ne souhaite pas forcément son retour, craignant de nouveaux conflits. Craintes tout à fait recevables, mais grosse déception pour nous. Que va-telle devenir si elle ne peut poursuivre en 3ème ? Les scenarii catastrophes se bousculent sous mon front, à l’idée de devoir reprendre l’IEF, alors même que ma situation personnelle va connaître de grands changements.

Ma Championne, 13 ans, a traversé de sales moments au printemps dernier. Sans signe annonciateur, une grosse angoisse l’a submergée et ma puce n’a pu reprendre le chemin du collège depuis mars dernier. Nous avons multiplié les suivis psys, médicaux, pédagogiques, rencontré mitraille de spécialistes, alerté toute l’équipe du collège. Nous ne savons toujours pas ce qui a bien pu provoquer cette terreur soudaine.

J’ai donc assuré ses cours pour le dernier trimestre, tout en multipliant les appels à l’aide auprès des instances concernées. Notre choupette est suivie depuis par le CMP du secteur. Et après négociations, le collège a bien voulu l’inscrire pour cette année, en 4ème, en lui proposant même de désigner une camarade qui pourrait être intégrée à sa classe. Sa rentrée, c’est demain, et j’avoue que le stress nous tord le bide depuis quelques jours.

Quant à mon Fiston, mon tout petit, mon ange blond, qui a tellement grandi ces derniers mois, tout en fougue et en insolence, mais tellement câlin et fusionnel. Il est entré ce matin en CE2, le sourire un peu figé, les yeux un peu humides, mais l’air bravache et le pas décidé. Il mène son petit bonhomme de chemin, un peu perdu parfois. Le temps me manque souvent, l’énergie aussi, et la culpabilité me pince le cœur de le voir jouer seul, petit garçon de 8 ans au milieu de toutes ces jeunes femmes.

Et nous, Monsieur mon Mari et moi, devons tenir la barre de ce catamaran qu’est notre Tribu. Entre mer d’huile et vagues démontées, nous avons failli nous perdre, encore.

Mais encore, nous avons bataillé, serré les dents et resserré nos liens.
MMM entame un chemin bien difficile depuis quelques mois, dont je n’étalerai pas les tenants ici, mais je le soutiens dans ces choix bien ardus.

Et pour pallier aux difficultés que son cheminement implique, j’ai du revoir mes aspirations personnelles. Plutôt que d’entamer les démarches de V.A.E du diplôme d’A.P., j’ai du me mettre à la recherche d’un emploi « alimentaire » selon la formule consacrée. Si tout se déroule comme prévu, je devrais prendre mon nouveau poste, la semaine prochaine. Un boulot pas très épanouissant, de nuit, mais qui ramènera des pâtes dans les assiettes et de la sérénité dans nos têtes. Et qui sait, me connaissant, cela risque même de me plaire !

Ainsi donc le mois de Septembre commence comme celui de l’an dernier, et celui encore avant, dans l’incertitude, avec son lot d’angoisses. Mais je retiendrais aussi la sérénité de mes aînées, l’amour qui nous lie toujours plus fort dans la tempête, et soyez sûrs que notre barque continuera la traversée !

Et vous, racontez-moi votre rentrée !

Prenez soin de vous,

A bientôt !

 

Ôtez-moi d’un doute !

calendrier

Un mois.

Un mois pour prendre LA bonne décision. Celle qui peut changer ma vie, leur vie.

Décider si cela vaut la peine de bousculer leurs habitudes, de détruire leur équilibre, notre équilibre.

Choisir l’absence et le manque de temps. Oublier, un peu, leurs besoins et leur demander beaucoup.

Dans un mois, je devrais décider.

Et j’ai peur. Peur de faire ce choix égoïste. Peur de l’inconnu aussi. Peur de rater, chuter, manquer.

Mais j’ai envie. Envie de vivre cette expérience. Envie de grandir. Besoin d’évoluer.

Alors je vous pose la question. Je me tourne vers vous, mères de famille, mamans-poules ou mamans « t’es toujours au boulot ! »…

Je fonce, oui ou non ? Je fais le grand plongeon dans le vide ou je reste sagement accrochée au bord ?

Dans un mois, je devrais avoir décidé, si oui ou non, je reprends mes études.

Dans un mois, je débute une toute nouvelle carrière, : après veilleuse de nuit, je vais occuper un poste d’auxiliaire puéricultrice en journée. Et j’ai l’opportunité de décrocher le diplôme.

Mais c’est un an d’études. 10 mois passés sur les bancs de l’école, entre potassage de cours et stages pro.

Vais-je arriver à concilier mes études, mon boulot et ma vie de famille ?

A 37 ans, suis-je capable encore d’assiduité scolaire, de vivacité d’esprit ?

Combien de moments en famille seront sacrifiés au profit de mon « petit » épanouissement personnel ?

Dois-je demander leur accord à mes enfants ?

Et surtout, pourquoi je cogite autant ??

Help !!!