L’ado et son (non)sens de la mode

ados

Vis ma Vie de Parent d’Ado !

Chose promise, chose due !

Après vous avoir décrit le phénomène paranormal de possession que subit un adolescent, je vais aujourd’hui tenter d’expliquer un autre phénomène qui survient à l’adolescence, leur changement d’apparence et leur goût de chiottes (ouais j’suis vulgaire si je veux).

Phénomène qui s’est déjà opéré dans la petite enfance de votre rejeton.
Mais, par ruse et donc par excès de mignonnitude, votre héritier aura peut-être réussi à vous le dissimuler.

Alors, si j’vous parle de son attirance immodérée pour des super-héros, des princesses pailletées et des héroïnes à tête de chat asiatique, ça vous revient ??

minimiss

Ouais, voilà… Il vous a eu en beauté, le fourbe petit être. Il vous a embobiné à coup de regards de chat potté, usant à outrance de votre faiblesse toute parentale.
Et vous voilà maintenant face à un grand dadais, tout en poils et en boutons qui arbore insolemment une tenue d’apparat digne du festival des Horreurs.

Ce goût vestimentaire immonde est apparu insidieusement. Comme tous les teen-agers, souvent à l’occasion de l’entrée au Collège, votre cher petit a discrètement opéré un changement de look.

Pour les garçons, apparaissent des jeans de plus en plus larges (ou beaucoup trop serrés) avec caleçon apparent. Leurs choix se fixent dorénavant sur quelques « grands noms » de la mode actuelle, et les petits polos à col relevé de toutes les couleurs emplissent maintenant votre bac à linge.
Je n’aborderai pas le clan des « rebelles », qui arborent pour qui des T-Shirts propagande, pour d’autres des accessoires à l’effigie de leur skateur préféré, m’y connaissant hélas que dalle).

Côté capillaire aussi, ça bouge !
D’une coiffure basique (un coup de tondeuse toutes les 3 semaines et basta), il faut maintenant compter avec la séance bi-mensuelle chez le coiffeur, entre coupe travaillée à coups de zébras tondus, voir autres dessins compliqués et mèche ultra sophistiquée, repoussée sans cesse d’un geste sensé être désinvolte.
Reconnaissons à la mèche l’utilité de cacher la dizaine de boutons suintant qui ornent le front de votre petitout.

Côté fille, nous noterons un raccourcissement des t-shirts, qui se nomment désormais « tops », et qui ont tout l’air d’avoir subi un cycle trop long au sèche-linge tellement ils collent au corps juvénile de votre petite.
Quant aux pantalons, n’en parlons pas !
Ou bien, si justement parlons en !
Avant un jean’s, c’était un jean’s hein !
A la rigueur pouvions-nous hésiter entre un brut et un délavé.
Maintenant, je me perds entre les boot-cut, les droits, les slim, les extra-slims, les skinny et les super-skinny ! Rajoutez à ça une multitude de chaussures différentes, mais toutes à haut talons perchés, vous pouvez dès lors imaginer le tableau : une minette coincée dans un t-shirt taille 4 ans, moulée dans un jean semblé cousu sur peau, et titubant sur des échasses hors de prix. A 14 ans…

Côté chevelure, nos adolescentes ne sont pas en reste et différentes écoles mènent campagne dans leurs rangs : chevelure longue et lisse (compter donc une occupation salle de bain–esque de 2 heures chaque matin, fer à lisser au travail) ou bien chevelure courte et travaillée à grand renfort de gels, mousses coiffantes et autre gélatine hors de prix (comptez également un taux d’occupation salle de bain-esque hors compétition), ou bien encore, la chevelure teinte, reteinte, complètement déteinte d’ailleurs, qui vous vaudra multitude de samedis après-midi chez le dernier coiffeur à la mode.

Pour nos chères demoiselles, un seul mot compte : être SWAG* ! Il leur est donc absolument vital d’enrichir très régulièrement leur collection de vernis à ongles, mascaras, fond de teint, ombre à paupières et autres gloss qui font la bouche cul-de-poule. Avec votre Carte Bleue, bien entendu.

maquillage

Voilà, voilà… Vous pouvez donc tirer un trait sur les petites robes à smocks, les marinières Petit Canot ou la dernière collection de chez Vert Canasson ….

Et voir défiler dans votre demeure, se ruant dans l’antre de votre petit chéri, paquets de chips et autres Oréo sous le bras, une horde de minets muant ou d’écervelées gloussantes (que j’appelle communément mini-poufettes).

Enfin, tout ce que je décris là, c’est bien entendu chez les autres que ça se passe, hein, on est d’accord ! Mes adolescentes à moi sont évidemment toujours vêtues de blanc et de rose, volants à dentelles et petites ballerines**.
Ahum….

* le terme SWAG désigne toute apparence créant des gloussements hystériques et/ou agitation frénétique. Ex : « Whaouh !!! Justin, il a trop le SWAAAAAAAAAG !!!! »
** Je suis bien piètre menteuse, hein… Mais ce billet n’est que parodie et exagération dans le but d’amener chez mon lecteur un fou-rire inextinguible ! Bon, un éclat de rire alors ? Non ? Bon un sourire peut-être ? Une risette ? Un rictus ?? Un haussement de sourcils ? Voilà, super !
Merci, Lecteur chéri:)

Vous ai-je déjà souhaité bon courage, hé hé ?
A bientôt, pour découvrir les phobies de nos ados !

Les goûts et les couleurs…

(Article initialement publié en mai 2012)

Ma Louloute va fêter ses 8 ans dans quelques jours. Ses cadeaux ? Un skate-board et des cartes Pok0mon…
Ok. Soit.

L’année dernière, elle avait souhaité…un équipement de chevalier.

Sa soeur aînée, elle, se passionne pour les insectes, le rugby et…les cartes PokOmon.

Une autre adore l’escalade, les rollers. Et l’autre encore, jusqu’à il y a peu, ne jurait que par le foot et notre équipe régionale (Allez l’OL !!)

Alors, bon, d’accord, je veux bien et j’encourage même mes enfants à s’épanouir dans leurs jeux, leurs goûts et leurs préférences.
Ok, j’investis dans les rollers, les patinettes, les skates, les toupies et autres épées de pirate.

Mais pourquoi, sur quatre filles, aucune n’a manifesté un léger attrait pour les trucs de Fi-fille !! Pourquoi ne puis-je pas, moi aussi, succomber à l’appel dégoulinant de guimauve des licences « à paillettes » ?

Un peu de Dora, une pincée de Charlotte ou même un doigt de Barbie (euh si, ça j’ai, découpé, scié ou estropié par une blondinette)..

Enrubanner mes princesses, les parer de rose, de violet et de dentelle. Toutes mes tentatives, pourtant mises en oeuvre dès leur plus jeune âge, se sont soldées par un échec cuisant, une rebuffade sévère.

Déchirées les robes à volants et autres frou-frous, laminées sous les roues des trottinettes, lacérées par les branches d’arbre au passage de mes cascadeuses.

Abandonnés, les souliers vernis et fleuris. Arrachés les chouchous et les barrettes (avec des petits coeurs et tout et tout, sniiif…)

Quand je croise une petite fille toute de rose vêtue, mignonnette et minaudant, je ne peux m’empêcher de jalouser sa maman (après avoir réprimé un haut-le-coeur, le look étant souvent extrême et niaiseux).

ça, c’est un peu extrême !!

Mes aînées, depuis leur entrée au collège, se séparent doucement de leurs habitudes et adoptent un look plus féminin, plus coloré. Elles se découvrent, apprivoisent leur corps de jeune femme naissante et tâtonnent à la recherche d’un look perso. Et j’adore ! Les voir si belles, si promptes à se pomponner (enfin, promptes….tout est relatif bien sur, le squattage de salle de bain pendant des plombes, ça elles maîtrisent !).

Je me dis que peut-être les deux suivantes, elles aussi, laisseront leurs jeux et habits de « garçon » (bouh, je fais du sexisme, pas bien !) au moment de l’adolescence….Ou pas.

Et ce n’est pas bien grave, bien sûr.

Mais juste un instant, je me prends à imaginer ma vie, si elles avaient hérité de mon goût prononcé pour le rose et les paillettes…

Euh, nan, en fait, j’ai rien dit…Continuez, mes Amours….

Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas..

(et je ne vous parlerai pas de l’addiction de Fiston, une histoire de voiture, de Radiator Springs et de courses…Catcha !!!)