La passion des mots

J’aime écrire. Depuis toujours. Petite, j’inventais des histoires, très vite, j’ai composé mes premiers poèmes, et rien ne me mettait plus en joie que d’avoir un sujet de rédaction comme devoir. Je me souviens encore la fierté ressentie quand mon professeur de français, en sixième, me complimentait sur mes rédactions, ou quand il m’encourageait à intégrer l’atelier d’écriture, malgré ma phobie sociale.

Depuis, j’en ai rempli des cahiers, des carnets, des pages de traitement de textes. J’ai toujours un petit carnet, partout où je suis. Il y a celui bon marché, mini format, bien tapi dans mon sac à main. J’y écris souvent des mots anodins, comme un rendez-vous à retenir ou la liste des courses, mais aussi des pensées jetées lors de mes fréquentes attentes de maman-taxi.

Il y a les multi-tâches, cahiers de brouillons récupérés en fin d’année, assemblage de feuilles solitaires, où je note tout et n’importe quoi, des cours à donner à Perle, aux gribouillages esquissés à chaque conversation téléphonique.

Il y a aussi mes anciens carnets de réunions, que je relis parfois, attendrie au détour d’une page, nostalgique de mon métier, où je pouvais tant satisfaire mon besoin de rédiger, analyser, expliquer.

Il y a celui, plus épais, plus précieux, relié, offert par une chère amie il y a quelques années, qui est caché, protégé, dans un tiroir de ma table de nuit, qui elle-même m’a été donnée par mon Papa, lui qui m’avait offert mon premier carnet (j’ai toujours ce carnet, plein de poèmes et de citations, notés de mon écriture enfantine, décoloré, manipulé, tant chéri).

Sur ces pages ont défilé mes angoisses et mes doutes, mes réflexions et mes décisions. Un carnet qui ne garde pas de traces, où chaque page remplie est éliminée, détruite, pour que cet espace ne soit pas violé.

Et depuis quelques mois, ma passion des mots connaît un nouvel élan, au fil de mes découvertes sur la Toile, de mon envie d’apprendre, de m’appliquer, de me concentrer, de me plonger dans une bulle.

Hand-Lettering, fausse calligraphie, ChalkArt … Tous ces mots pour exprimer le léger et le profond, le futile et le grave, mis en scène, colorisé, disposé, appliqué.

L’effet de mode me direz-vous, tellement se sont essayés à cette discipline depuis quelques années. On en voit fleurir partout, sur Pinterest ou Instagram, des blogs dédiés aux livres en tout genre explosent dans toutes les langues.

Mais passé l’effet de découverte, le plaisir m’est resté, et de nouveaux outils ont pris place sur mon bureau. Un beau et grand carnet à dessins, des palettes de toutes les couleurs, des feutres et des stylos dédiés à cet art, rien ne m’enchante plus que de disposer tout mon matériel et de me pencher sur la feuille blanche.

Le temps me manque, hélas, pour réaliser les nombreux projets que j’ai en tête, mais parfois, j’oublie l’heure, j’oublie le monde et je plonge avec délices dans les pleins et les déliés de mes lignes d’écriture.

Publicités

6 réflexions sur “La passion des mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s