Bye-Bye Décembre !

Aujourd’hui pas de blabla !

Après un bilan de l’année écoulée, voici en quelques clichés,

ce que je retiendrais de positif pour ce mois passé !

Activité cartes de voeux !

Activité cartes de voeux !

Tadaaam !! Assez fière de moi !

Tadaaam !! Assez fière de moi !

Le sapin est dans la place !

Le sapin est dans la place !

Fiston se concentre pour réussir sa première guirlande en papier

Fiston se concentre pour réussir sa première guirlande en papier

Atelier "Sablés de Noël)

Atelier « Sablés de Noël)

La grippe ne m'aura pas vaincue !

La grippe ne m’aura pas vaincue !

L'esprit de Noël est descendu sur notre Tribu

L’esprit de Noël est descendu sur notre Tribu

Guerre des moutons avec Fiston

Guerre des moutons avec Fiston

Sablés au caramel faits de mes blanches mains

Sablés au caramel faits de mes blanches mains

Clap de fin pour Noël avec la dégustation by Fiston, de la bûche glacée

Clap de fin pour Noël avec la dégustation by Fiston, de la bûche glacée

Le froid s'est installé, on campe devant la cheminée !

Le froid s’est installé, on campe devant la cheminée !

Selfie-family pour fêter Noël !

Selfie-family pour fêter Noël !

J'aime mon travail ! Je décore les vitres de l'espace Enfants !

J’aime mon travail ! Je décore les vitres de l’espace Enfants !

 

Publicités

Sous le soleil du Sud

Enfin remise de mon mini week-end en amoureux !

Quelle idée de choisir ce pont de l’Ascension pour descendre dans le Sud, hé hé.. Oserais-je vous dire que je n’avais pas percuté avant de me retrouver sur l’autoroute, accompagnée de centaines d’autres touristes ? Oui, j’avoue 🙂
Même la difficulté à trouver une chambre d’hôtel ne m’avait pas mise sur la voie, et c’est toute innocente que j’avais râlé des heures à la recherche de l’hôtel pas cher mais agréable qui pourrait nous accueillir une nuit.

Je l’ai trouvé heureusement et réservé dans la foulée.

Samedi soir, fourbus de nos heures de route, nous arrivons épuisés mais ravis, sous le soleil de Nîmes. Il fait chaud, il fait beau, je me mets en mode « vacances » !

Et heureusement. Car en mode « détente », rien ni personne n’a pu entamer ma bonne humeur. Alors que si j’avais été,voyons voir, un client-testeur d’hôtellerie, ou un critique gastronomique à la botte d’un guide touristique, j’aurais passé mon temps à bougonner !

Je n’ai pas râler, non, j’en ai même ri de ces petites mésaventures, de ces quelques déceptions au cours de notre séjour. Parce que je ne suis pas très exigeante, comme fille, et que je déteste me faire remarquer, passer pour la cliente pénible.

Mais je vais déposer mes déceptions ici, on ne sait jamais, si vous descendez sur Nîmes, mon avis vous servira peut-être.

L’Hôtel 

Peu dépensiers (enfin pauvres quoi !), nous avons réservé une chambre dans une grande chaîne hôtelière à petits prix. Sur le papier, enfin sur leur site internet plutôt, l’établissement correspondait en tous points à nos critères de sélection.

Le prix très correct : environ 60€ la nuit en chambre double, avec petits-déjeuners.

L’environnement : en abord de l’autoroute, pour nous économiser des galères dans une ville que nous ne connaissions pas.

L’état : des chambres claires et propres, pour que la nuit soit reposante.

Arrivés sur les lieux, nous sommes accueillis par un aimable réceptionniste (hôtelier ? je ne sais pas le terme exact pour ce genre d’hôtel) qui nous délivre les informations à savoir.

Premier bémol, sur le parking, nous découvrons le véhicule d’un client avec les vitres cassées. Signalant ce souci à l’hôtelier, nous comprenons rapidement que l’effraction est toute fraîche, et que donc ce parking supposé vidéo-surveillé n’est pas très sûr. D’ailleurs nous constatons de larges ouvertures dans les grillages, ce que ne nous rassure pas. Je m’inquiéterai jusqu’au matin, dans la peur de retrouver notre voiture détériorée.

Nous gagnons notre chambre que nous trouvons propre et lumineuse, heureusement située à l’arrière du bâtiment, nous évitant le bruit de la circulation extérieure.

Mais, en examinant rapidement les lieux, je note l’absence de certains éléments que j’attendais.

Comme des oreillers supplémentaires. Un seul tout petit oreiller par personne, c’est trop juste pour nous. Pas de couverture en plus dans les placards.

Pas de petit encart de bienvenue sur le bureau. Ni d’ailleurs règles de sécurité, nulle part.

J’aurais aimé, comme cela a été le cas dans d’autres hôtels de même gamme où nous avons couché, trouver une bouteille d’eau, voir une bouilloire et ses sachets de thé/café. Car il faisait chaud dans cette chambre, très chaud. Et impossible de couper la climatisation/chauffage.

Dans la salle de bain également, déception. Il faut savoir que dans ma précipitation, j’ai oublié ma trousse de toilette et je n’avais donc pas de gel douche. Je comptais sur les mini-savons de l’hôtel, mais je n’en ai pas trouvé. (Je me suis donc lavée avec le distributeur de savon à mains, pas très pratique)
Ni de sèche-cheveux.

Il manquait également une petite tablette où poser notre nécessaire de toilette, du coup on posait tout au sol, pas très agréable.

La nuit fût donc courte, car trop chaude, car les fenêtres ouvertes laissaient entrer la moiteur du Sud. Heureusement, l’établissement a été très calme, malgré la présence de toute une école de foot. (Moment d’échange bien sympa d’ailleurs, au matin, avec les coachs de l’équipe. Hé hé, on ne se refait pas, impossible de ne pas parler de notre Championne)

Levés tôt, pour profiter des quelques heures qui nous restaient, nous descendons rapidement profiter du copieux buffet petit-déjeuner exposé sur tous les murs.

De nouveau accueillis par le courtois réceptionniste de la veille, nous nous sustentons brièvement. En effet, nous nous apercevons vite que le buffet se résume à quelques viennoiseries et autres céréales, sur un mini présentoir/self.

Bon, la qualité de nourriture était là, bon point. Mais j’aurais apprécié des produits frais, j’attendais surtout des fruits et des jus, surtout dans cette région productrice !

Nous quittons rapidement l’hôtel, sur cette note en demi-teinte.

En résumé, l’accueil humain a été à la hauteur mais les services proposés bien trop succincts. Me basant sur une précédente expérience dans une autre chaîne hôtelière de même catégorie, j’ai vraiment été déçue.

La restauration

Samedi soir, plutôt que de manger à l’hôtel, nous choisissons d’aller flâner dans Nîmes et de dénicher un petit resto sympa pour fêter notre séjour en amoureux.

nimes

Après avoir joué les touristes en photographiant à qui mieux mieux les arènes, la Maison Carrée ou les jolies places de la ville, nous nous mettons en quête d’un endroit où manger. Nîmes est une ville touristique et propose une multitude de restaurants. Pour touristes. A des prix prohibitifs.
Nous finissons par dénicher un petit resto enclavé entre deux brasseries, aux menus tentants et au prix acceptable.

Et là, nouvelle déception. Les portions sont ridicules, tout est fade, aucun goût. Je dirais même que je fais largement mieux, niveau cuisine. Du produit certainement surgelé (en tout cas le pain l’était), des aliments en conserve, baignant dans le gras.

Nous repartons dépités (et Monsieur Mon Mari toujours très affamé !) pour rentrer nous coucher, exténués par la route.


 

Heureusement, le lendemain, nous nous rendons à la Grande-Motte pour jouer aux touristes prendre un bon bol d’air, et l’accueil chaleureux et bon-enfant des commerçants nous rendra le sourire.

lagrandemotte
Café en terrasse, dégustation de muscat ou de saucisson de toro, c’est avec le sourire que nous quitterons le port (et pour ma part, un peu titubante, soleil et muscat ne faisant pas très bon ménage hé hé !)

Nous nous dirigeons alors vers Saint-Gilles, où nous devons retrouver une amie très chère. Dans l’espoir de trouver une cafétéria bon marché sur la route, nous guettons les centres commerciaux, mais ne trouvons rien.

Arrivés sur place, nous nous résignons à devoir nous sustenter encore une fois de nourriture insipide dans un resto pour pigeons touristes.

Mais, heureuse surprise, le sort décide d’être clément, et le resto choisi, bien que ne payant pas de mine, nous satisfera au plus haut point. Nourriture simple mais très copieuse (mon homme est ravi !), accueil chaleureux et simple. De quoi terminer notre séjour sur une note positive.

(Bon, sur la route du retour, nous ferons halte dans une grande enseigne américaine de junk-food, mon mari n’ayant pas eu sa dose de gras.)

Je vous épargnerai les aléas du retour, guidés par un Gps défaillant, nous avons fait moult détours pour éviter la cohue de l’autoroute. Ah nous en avons vu des paysages et des petits villages typiques. Moi qui n’avais jamais vu de champs de lavande, je m’en suis repue !
Le retour fut long et laborieux, mais sous le soleil et dans la complicité, rien ne m’aura perturbée.

Bref, un week-end expéditif, fatigant, mais bien agréable ma foi !

C’est quand qu’on repart ? (et cette fois-ci, je serais plus précautionneuse dans mes choix de réservation)

Et vous, vous avez des anecdotes de voyages à raconter ?

Des aventures drôles ou moins drôles ? Faites-nous rêver !

 

(NDLR : j’ai intentionnellement inséré les liens des endroits que je critique/décrit. Si ça peut vous éviter une déception !)

Concentré d’Amour

bougies

« J’ai 10 ans ! J’sais bien qu’c’est pas vrai, mais j’ai 10 ans »

Hélas, malgré les belles paroles d’Alain Souchon, elle va bien avoir 10 ans.

Ma Championne. Ma Mini-Bulldozer. Ma 100 000 Volts.

10 ans bientôt qu’elle a remplit ma vie de bruits et de rires, de cris et de bouderies, de coups d’éclats et d’émotion pure.

Lors de ma grossesse, je n’imaginais pas à quel point cette petite brunette allait changer ma vie.

Perle avait 20 mois à la naissance de Championne, et était une petite fille placide et souriante, toujours discrète et paisible.
Je m’attendais à donner naissance à la même, une petite blonde joufflue et zen.

Championne a été tout le contraire. Brune et fine, nerveuse et accaparante. Toujours à 100 %.

100 % d’amour, tout de suite, pour tous. Je me souviens encore de son corps si frêle, si fragile, férocement accroché à mon cou comme un bébé primate s’accroche à sa mère. De ses mains qui nous cherchaient en permanence, pour toujours garder notre contact. De notre relation fusionnelle ses six premières années de vie, où nos cœurs battaient à l’unisson, mon âme et mon souffle rien que pour elle.

100 % d’énergie. Tout le temps. Jamais de répit avec celle que j’ai vite surnommé ma Mini-Bulldozer, tellement elle renversait tout sur son passage. Pourtant, elle a commencé par bien cacher son jeu, en ne marchant qu’à 17 mois, en restant frêle et petite longtemps.
Mais dès sa 2ème année, j’ai su que cette petite brindille recelait des accus inépuisables, toujours à courir, jamais sommeil, dévorant ses repas comme l’ogre qu’elle n’est pas.
Énergie qui cesse d’un coup d’un seul, le soir, quand enfin ses batteries sont vides et qu’en une fraction de seconde, elle plonge dans le sommeil.

100 % d’émotion. Voir 200 % tellement elle déborde. Impossible pour elle de dissimuler son émotion. Quand elle pleure devant une scène de film poignante. Quand elle n’arrive pas à retenir des larmes de joie, en écoutant son Coach la féliciter. Quand elle est fâchée, et Ô comme elle se fâche fort et souvent ! Quand elle est vexée, dépitée et qu’elle envoie tout valser, d’un coup de poing rageur.

100 % de stress. Pour elle, quand elle est dépassée, perdue, paniquée. Alors, je la vois ronger, mordre, arracher ongles et peaux de ses doigts si malmenés déjà. Et je vois aussi les cheveux qu’elle mâchouille jusqu’à les abîmer irrémédiablement. Et je la vois se tordre de douleur quand la migraine la submerge.
Pour nous souvent, quand nulle parole ni aucun acte n’arrive à la canaliser. Qu’elle déborde. Que son insolence prend le pas sur son éducation.

100 % de fierté, pour nous sa famille. Qui l’avons vue évoluer vitesse grand V. A l’école, où notre Mini-Bulldozer devient une image d’Epinal. Au football, milieu dans lequel nous baignons depuis 2 ans maintenant et où notre toute petite fille a tout d’une grande. Dans le quotidien, où ses réflexions nous étonnent, nous surprennent et nous font fondre d’amour.

L’amour. Oui, c’est bien cette émotion qui me fait frissonner lorsque je la contemple endormie, épuisée par une journée de folie. C’est l’Amour qui me tire un sourire quand je l’entends parler, parler et encore parler, sans jamais s’arrêter. C’est cet élan de tendresse quand je la vois se faire maternante et maladroite devant ses petites cousines. C’est ce sentiment puissant et inaliénable qui me fait frémir quand je la vois, ma Crevette, ma ToutePetite devenir une si grande fille.

Mon Amour, ma Championne, ne change pas d’un iota, je t’en conjure ! Dans les cris et le bruit, dans les rires et les câlins, crampons aux pieds et sourire aux lèvres, poing levé et ego surdimensionné, reste la même. Celle que j’aime.

lou2014