C’était comment, avant ?

Après un mois de Décembre plus qu’éprouvant, au rythme soutenu, je suis enfin en Vacaaaaaaaances !! (On sent bien mon excitation ??)

Pourtant, ce n’est pas le travail qui m’a achevée, au contraire, presque des instants de répits dans mes journées bien remplies. Courir entre deux sorties de collège, un entraînement de foot et les multiples tâches qui incombent à toutes les mamans, me voici lessivée, kapout, achevée.

Me voilà donc en congés, enfin. Prête pour gérer une Tribu excitée, fatiguée et turbulente. Pour toujours assumer le quotidien de la Hutte. Mouais, des vacances, mon œil, lol ! Enfin, le seul avantage est que je vais dormir la nuit. Toutes les nuits pendant presque 4 semaines ! Ah ma couette chérie !

Je suis d’humeur bien guillerette ce matin (pourvu que ça dure !). Et en lisant Mme Déjantée, j’ai eu envie à mon tour de faire une petite rétrospective de ma petite vie.

  • Il y a un an, je finissais mon remplacement au Centre Maternel, sans savoir que cette expérience allait changer le cours de ma vie. Le quotidien de Perle était un cauchemar et la tribu se perdait dans ses difficultés.
  • Il y a deux ans, je vivais les presque derniers instants lactés avec mon Toutpetit.
  • Il y a trois ans, j’étais toute entière dévouée à mon dernier-né, et la Tribu croissait sans moi. Mais grâce à une bande de filles extra, je reprenais pied dans la réalité.
  • Il y a quatre ans, je fêtais la fin de l’année, gonflée comme une baleine échouée, dans les rires et la bonne humeur. Notre couple se reconstruisait doucement.
  • Il y a cinq ans, je vivais un cauchemar dans mon boulot, harcelée, dominée. Je perdais pied sans savoir que le meilleur était à venir.
  • Il y a six ans, j’obtenais – enfin !! – mon permis de conduire. Une nouvelle vie s’offrait à moi.
  • Il y a sept ans, le début du cauchemar commençait pour Perle. Ma vie de couple n’était pas sans heurt, et la routine bien usante.
  • Il y huit ans naissait ma dernière fille, ma crevette. Je me sentais presque complète .
  • Il y a neuf ans, nous prenions possession de la Hutte, toute neuve et rutilante. Je découvrais une vie rurale et simple.
  • Il y a dix ans naissait ma Perle. Année magique et sereine.
  • Il y a onze ans débutaient les crises de Deuz, avec son lot de larmes et de cris.
  • Il y a douze ans, j’épousais l’homme de ma vie.  Mariage bâclé, hâté, avec un arrière-goût d’inachevé. Il y a douze ans naissait ma Deuz. Ma vie de femme prenait petit à petit tout son sens.
  • Il y a treize ans, je découvrais la prochaine arrivée surprise de Deuz. Mon monde s’écroulait. Je mettais un terme forcé à un tout début de carrière.
  • Il y a quatorze ans naissait Prems. Je devenais Maman. Je débutais une carrière aux côtés de mon père chéri, sans savoir que tout allait tourner court.
  • Il y a quinze ans, je prenais un tournant décisif dans ma vie, en lâchant mes études. Virée de mon job, désœuvrée, je trouvais réconfort dans les bras d’un jeune homme, sans savoir que ma VIE venait de commencer.
  • Il y a seize ans, toute jeune adulte, je découvrais les nuits blanches, les beuveries entre copines, le goût de l’interdit et du fruit défendu.
  • Et avant, je ne me souviens plus très bien, mais me restent quelques images dorées d’une enfance protégée, de moments complices entre sœurs, des chansons de Lenorman chantées à tue-tête pour Noël, des petits présents tendres de mon Papa pour le Nouvel An.
Et vous, c'était comment avant ?

Et vous, c’était comment avant ?

Publicités

L’heure du Bilan.

Bientôt la fin de l’année. Une année riche en évènements, en émotions, en changements. Et, en lisant une blogueuse très chère à mon cœur, j’ai eu l’envie, moi aussi, de faire le bilan de cette année presque passée.

Alors, que vais-je retenir de l’an 2012 ? Qu’ai-je aimé, qu’ai-je détesté ?

bilan

Une année positive :

  • Des rencontres professionnelles inattendues, une carrière qui se dessine
  • Un épanouissement personnel en devenir, avec des certitudes ébranlées mais une connaissance de moi plus profonde
  • La naissance d’une jolie Fleur
  • Des amitiés préservées, décuplées
  • Des retrouvailles inespérées

Une année compliquée :

  • Des nuits encore trop hachées
  • De la fatigue et des microbes
  • Des passages à vide importants
  • Des crises d’opposition impossibles à gérer
  • Du lâcher-prise compliqué

Une année cauchemardesque :

  • Un Printemps de l’horreur
  • Des jours et des nuits de larmes versées
  • Des cris, des hurlements et des déchirures
  • Des peurs intenses, des doutes terribles
  • Une séparation inacceptable

J’ai fini intentionnellement par le pire, l’hospitalisation de Perle en pédopsychiatrie.
Car le pire s’est avéré être le meilleur de cette année.
Mon cœur de maman bondit chaque jour de voir ma belle blonde s’épanouir, se révéler.

Je profite de cet article-bilan pour remercier chaleureusement l’équipe des soignants de l’Unité pédopsychiatrique de l’hôpital de Grenoble. Merci à vous, infirmiers, psychiatres, psychologues, médecins, aides-soignants. Merci d’avoir chéri et protégé notre fille. Merci de l’avoir écoutée, entendue, comprise. Merci pour chacun de vos mots de réconfort, de soutien et d’espoir. Merci pour vos gestes médicaux – parfois violents, parfois incompris – mais qui ont permis à Perle de s’accepter, s’autoriser, s’aimer. Merci.

Pour clore ce bilan, j’ai envie de me souhaiter le meilleur pour l’année à venir. Que ma carrière d’Educatrice de Jeunes Enfants puisse être, que ma vie de Femme, Mère et Epouse s’épanouisse encore et encore. Que la vie reste aussi belle.

Et vous, que puis-je vous souhaiter ?

Quand on a pas la main verte..

J’ai pas la main verte, ni le pied d’ailleurs (ce qui m’arrange, a-t’on jamais vu des pieds verts, autre que les pieds de tomate ?)

Ce qui fait qu’il n’y a guère de plantes dans la Hutte. Un peu dans notre jardin, des arbustes qui étaient là avant nous, des chênes centenaires qui n’ont pas besoin de moi. Des plantes rebelles, quoi…

Mais dans ma Hutte, tout meurt à petit feu. Et pourtant, régulièrement, je craque pour une jolie plante, dans son joli pot. Ça  j’en ai, des jolis pots, qui prennent la poussière au garage, garnis parfois encore d’un reste de géranium ou autre espèce, complètement rabougrie et desséchée.

Pourtant, le weekend dernier, j’ai encore craqué. Et je me suis offert une magnifique Etoile de Noël, ou Poinsettia de son petit nom. Majestueuse, fournie, fière, elle m’a fait de l’oeil dans ma jardinerie préférée.

poinsettia

Je lui ai trouvé THE place-to-be, dans mon petit salon, mise en valeur par notre nouvelle décoration intérieure.
Et ce matin, après moins d’une semaine de co-habitation, elle présente malheureusement déjà des signes de défaillance. Elle s’étiole, se froisse, pleure ses feuilles….
Pourquoi !!!!

Je me suis ruée sur mon ordi, tapeti-tapeta tapent mes doigts gelés sur le clavier pour trouver le remède miracle qui sauvera la Belle.
Bien, bien. J’ai donc choisi d’adopter une espèce compliquée, aux manières délicates et à la santé fragile…

Je sens qu’elle va elle aussi, finir sur le tas de compost….M’enfin, j’aurais gagné un joli cache-pot, c’est déjà ça….

Aux grands maux, les grands….mots !

« Gros Bébé Caca Boudin !!!!!!!!!!! »

Ceci est l’expression de colère favorite de Fiston…..Voilà, voilà…..La première fois, cette expression m’a fait sourire – ne dit-on pas que, lorsqu’un enfant formule le célèbre « Caca Boudin », c’est qu’il a parfaitement intégré les rouages de la langue française et ses mauvais jeux de mots ?

La 1 000ème fois….beaucoup moins. Surtout quand elle est assortie de levers de poings rageurs, de coups de pieds, voire de hurlements stridents.
Mon ToutPetit a la contrariété bruyante.

Dans la légende urbaine, la crise d’opposition est censée démarrer vers 18 mois (le terrible two, tout ça, tout ça…) et se calmer vers les 3 ans, non ?

Non. Pas pour Fiston. Il va bientôt souffler sa quatrième bougie et continue vigoureusement à s’opposer, revendiquer, tempêter.

Et s’il faut bien que jeunesse se passe, il serait de bon ton qu’elle se passe plus sereinement (mais surtout qu’elle passe, j’en peux plus !!)

Donc, pour tenter d’adoucir cette phase d’opposition, je me suis penchée sur la littérature pour enfants, afin de trouver quelques petites histoires à présenter à mon doux Chérubin. Des histoires courtes, rigolotes mais qui appuient là où ça fait mal. Qui le mouchent. Lui clouent le bec.

J’avais déjà le livre « Grosse Colère » de Mireille d’Allancé. Sympathique ouvrage qui explique très simplement comme les sentiments peuvent nous envahir, nous dominer (surtout à 3 ans !).

grosse-colère-mireille-dallancé

Et j’ai trouvé mon bonheur. En l’auteure Stéphanie Blake. Et les histoires de Simon, le petit lapin.

Un petit lapin à qui il arrive des tas d’aventures, toujours en lien avec l’évolution de l’enfant : le sommeil, l’entrée à l’école, les peurs et l’opposition !

J’ai craqué pour les titres ci-dessous. Un vrai régal pour Fiston, qui les réclame trèèèès souvent. Bon d’accord, il est toujours autant dans l’opposition. Mais je l’aurai un jour, je l’aurais !!!

Le préféré de Fiston !

Le préféré de Fiston !

Avec du frisson dedans...

Avec du frisson dedans…

Très émouvant...

Très émouvant…

Et vous, quels sont les livres pour enfants que vous avez aimé lire à vos petits ?
Et ceux qui ont marqué votre enfance, peut-être ??

L’Avent et autres bonheurs.

Je vous avais promis une photo de notre calendrier de l’Avent home-made…Pardon pour la piètre qualité des vues, je ne suis décidément pas douée pour les réglages.

Un sapin, des décors et des surprises !

Un sapin, des décors et des surprises !

Décors collés par Fiston

Décors collés par Fiston

 Doux weekend dans notre Hutte…Entre la découverte de la première surprise de l’Avent, une ballade sous les lumières de la nuit et une bataille de boule de neige, ces jours auront été une parenthèse de douceur dans notre routine.

Voici quelques flashs, volés lors de notre soirée de début de l’Avent, une répétition générale du Réveillon de Noël, une belle soirée au coin du feu. 

L'attente commence ! J-24 !

L’attente commence !
J-24 !

Pour l'instant les verres sont vides, hem...

Pour l’instant les verres sont vides, hem…

Ca brille et ça réchauffe ! Et les verres sont toujours pleins !

Je vous souhaite à tous et à toutes une bonne première semaine de Décembre, j’espère pas trop enneigée.

Bises douces.