Quand je ne réalise pas

lacher-prise-avec-la-passe

Je vous racontais il y a quelques jours comment Perle affronte vaillamment ses démons, pour être « normale ».

Mais j’ai le doute et l’angoisse chevillés au cœur depuis si longtemps, que je n’arrive pas à relâcher ma vigilance. Tout le temps, trop fort.

Quand je la dépose à son travail, au centre équestre, et que je la suis du regard, discrètement dans le rétroviseur, pour être sûre qu’elle y va bien. Quand mon doute est persuadé qu’elle va se planquer quelque part, et m’attendre jusqu’au soir.

Quand je la récupère le soir, et que de loin, je guette déjà les signes de l’angoisse ou de la tristesse sur son visage.

Quand j’interprète chacun de ses silences comme un mal-être. 

Quand je provoque la discussion au sujet de l’internat et que je devine (imagine ?) sa panique.

Quand, lors des entraînements de foot, je reste toujours auprès d’elle, répondant pour elle à ses co-équipières, détournant son attention, pour la détendre.

Mais a-t’elle encore besoin de mes remparts ? A-t’elle encore besoin de mon bouclier, de ma voix, de mes bras, à chacun de ses pas ?

Quand elle est debout dès l’aube, prête bien avant l’heure, dévorant chaque repas, tellement le travail physique la stimule.

Quand elle rentre le soir, percluse de fatigue, recouverte de poussière et de graisse à sellerie.

Quand elle raconte, un peu, les bêtises des chevaux.

Quand elle devient acharnée, obstinée, sur le terrain vert, alors que ses jambes ne la portent plus et que son souffle est trop court.

Quand je la vois prendre, un peu, de distance avec moi devant ses co-équipières. Quand, de loin, je la vois répondre aux conversations des filles.

Quand elle s’applique pour ses devoirs scolaires, les effectuant de bon cœur.

Quand elle parle de son retour à l’internat, lundi prochain, avec crainte mais pas trop quand même.

Quand je la trouve encore grandie, que son mètre soixante-dix me semble gigantesque, parce que maintenant son visage n’est plus jamais caché derrière ses cheveux.

Mais je ne réalise toujours pas. 8 ans de cauchemars collés à ma peau. 8 ans à affronter le monde pour elle, à la cacher derrière moi, à avancer à reculons, pesant chacun de mes mots, de mes regards, pour ne pas exacerber encore plus son angoisse.

8 ans où chaque semblant d’avancée est balayé par un recul violent.

Il va falloir que je baisse les armes, que je lâche prise. Que je lui lâche la main. 

Il va bien falloir, hein. Mais bon sang, qu’est-ce que ça fait peur.

Alors, la vie a repris ses droits

Alors que le goût d’écrire m’avait quitté depuis bien longtemps, il me vient à nouveau comme une envie de vous dire, de vous raconter, vous qui avez suivi son histoire depuis le début, lorsque chacune de mes respirations n’était que cri de souffrance et de désespoir.

C’est bien sûr de mon doux, mon tendre, mon incroyable Amour que je parle. Ma Perle. En début d’année, sa vie était sur pause depuis quelques mois déjà, suite à notre décision de la retirer du collège.

J’avais choisi d’arrêter mon activité professionnelle pour me consacrer à ses études. Mais pas évident, je me suis retrouvée coincée dans mes habitudes de mère au foyer, courant amener un enfant par-là, en chercher un(e) autre par-ci, tout en essayant de monter une activité auto-entreprenariale, histoire de m’occuper un peu plus.

Alors, Perle est restée, sur son canapé, devant ses dessins, sagement, sans mot dire, comme elle sait si bien le faire.

Et je l’ai un peu oubliée. Elle était là, je savais toujours où la trouver, pour un câlin, une sortie, un besoin. Mon activité prenait de l’ampleur, ma santé défaillait et je l’ai « zappée ».

Et un jour, elle s’est rebellée. Et a dit en avoir assez d’être la seule enfant à rester à la maison, sans activité, sans rien à raconter le soir, lors du repas. A écouter ses soeurs et frère raconter leurs journées, à les voir partir chaque matin vers de nouvelles aventures.

Et alors elle m’a dit : je veux retourner à l’école. Moi aussi, je veux être normale.

Coup de tonnerre dans mon petit monde bien rangé.

Alors, on a cherché. Et rapidement, on a trouvé. Grâce à son attirance pour le monde agricole, on a très vite déniché une structure qui propose un cycle de formation pour nos futurs agriculteurs.

Et une nouvelle bataille a commencé. Réussir à inscrire une ado désco, c’est pas simple. Il aura fallu s’accrocher jusqu’à fin juillet, où enfin, nous avons reçu son attestation d’inscription. En MFR, en 4ème agricole. 

Alors il a fallu remuer ciel et terre pour lui trouver des lieux de stage.

Et le 5 septembre 2016, à 14h, Perle a repris le chemin de l’école. Avec sa valise et ses angoisses, accompagnée par son papa, car ma panique a gagné et empêché de l’escorter.

Cette première semaine d’école a été cauchemardesque et extra-ordinaire à la fois : Perle a résisté les deux premiers jours jusqu’à s’effondrer et sombrer dans l’angoisse. Mais nous avons alors découvert à quel point l’ensemble des encadrants de son école sont bienveillants. Ils l’ont soutenue, encore et encore. Tirée vers le haut, toujours. Encouragée, complimentée, jamais abandonnée. Ils nous ont appelé, des heures durant, jour et nuit. Questionnés pour connaître au mieux notre fille. Et ça a payé. 

Après avoir touché le fond mercredi, jeudi midi Perle a rebondi de façon spectaculaire et a terminé sa semaine sans nouvelle crise de panique.

Et vendredi, j’étais bien trop en avance pour récupérer ma battante. Le coeur tremblant et les mains moites.

Et là, encore, une nouvelle victoire. Quand ses intervenants viennent à moi, souriants. Fiers de Perle, dédramatisant la semaine, en lui réitérant leur soutien et leur confiance.

Quand ils me disent que scolairement, elle dépote ! Quand leur calme et leur assurance me paraissent miel et douceur sur mes angoisses.

Et déjà, j’aperçois un changement flagrant sur ma fille : elle est droite et souriante, parle à haute et claire voix.

Et continue ses progrès, en intégrant une équipe de foot féminin, disputant ses premiers matchs, avec obstination et courage, malgré les défaites cuisantes. Je la vois vivante et vibrante.

Et ce matin, une nouvelle étape encore. Je l’ai déposée dans un centre équestre, où elle va effectuer 8 semaines de stage. Où elle va pouvoir combler son besoin d’être au contact des animaux.

Comme j’ai hâte qu’elle me raconte. Comme j’ai hâte de savourer son sourire et ses yeux qui pétillent. 

Je me gave de ses rires, de ses anecdotes gloussantes au sujet des garçons à l’école. 

Sa vie vient de (re)commencer, et cette fois, je ne la laisserai pas s’arrêter.

to be continued ….

 

 

Raconte-nous une histoire !

enfantlitIl a attrapé le virus !

Il en présente tous les symptômes, il en a tous les signes cliniques : yeux qui bougent, lèvres qui tremblent, voix qui s’échappe parfois, une phrase plus haute qu’un murmure, tout le temps, partout.

Mon fils est atteint.

Il a le virus de la lecture !

Et pourtant c’était pas gagné : à l’âge des premières histoires, il préférait largement courir, grimper, sauter, escalader, tomber, s’ouvrir l’arcade, glisser, bis répetita … qu’écouter maman raconter comment Tchoupi, ce petit malin, joue à sauter dans les flaques !
Mais voilà, sans rien laisser voir, il engrangeait consciencieusement les apprentissages nécessaires à la lecture, depuis certainement bien longtemps.
Et voilà-t-y pas qu’au premier jour de son CP, mon ToutPetit, mon Fiston me dit, royalement : « Maman, je sais lire ! »

Et d’ouvrir son manuel (déjà, à cet instant, imaginez mon émotion : mon Bébé a un livre de lecture!!) et de lire tranquillement la première page.
Mouais. Il en faut plus pour m’impressionner, Fiston. Je connais les pratiques de ton instit’, le côtoyant depuis bientôt 7 ans. Il vous fait lire et relire la page jusqu’à la connaître par cœur !

Donc je ruse. Je tourne la page. Vas-y, petit gars, lis ça pour voir….

Bah j’ai vu. Fiston sait lire, ok.

Il a donc lu en quelques jours tout son manuel d’école, puis a enchaîné avec toute sa bibliothèque.

ruedescontes1

En premier, ses préférés, ceux de Simon, chouchou incontesté de la maison. Ceux-ci, par exemple :

jeveuxdespates nonpasdodo

cacaboudin

Puis il a commencé la collection reçue de l’Ecole des Loisirs (on s’abonne par l’école, on a un tarif préférentiel).

Des exemples :

crocodile hautlespattes la-chasse-c3a0-lours lechatrouge sann

A l’heure actuelle, il a déjà lu son 2ème manuel de lecture :

ruedescontes2

et commence à s’intéresser à des livres plus complexes, plus longs, voire trop longs comme ceux-ci !

chairdepoule

(il ne l’a d’ailleurs pas terminé, l’a abandonné au profit d’une BD)

lecturenfant

Et chez vous, le virus de la lecture fait-il rage ?
Partagez vos lectures du moment, celles de vos petits !!

Brèves de Tribu #01-2016

La Tribu est en vacances, tout du moins une bonne partie de ses membres, donc le temps file, file, sans que je n’ai eu le temps de venir papoter par ici !

Alors, c’est en images que je vous donne un petit aperçu de la vie de ma Tribu, ces derniers jours !

chèvre1

On a câliné des chevreaux

DSCF7727

Perle et moi voulions tous les ramener !

DSCF7728

On a papoté, entre mamans ^^

 

détect1

Championne a joué devant les recruteurs de l’Olympique Lyonnais !

 

DSCF7724

Je me lance dans une nouvelle aventure !

 

kumi1

Ma patate a enfin dépassé sa peur de l’eau et découvre le Rhône.

 

promen1

Ma campagne jolie

 

tbac1

Fierté ! Le premier mois est passé !

rhone1

Trouver la paix …

Un petit tour dans la cour des grandes

De la sueur, des entorses et des inflammations. Des blessures de guerre, des médailles, des tournois, des matches sous la pluie, de la fierté à n’en plus pouvoir et surtout du plaisir, toujours et encore plus.

A chaque entraînement, à chaque match, depuis plus de trois ans maintenant, on voit le plaisir, la détermination, la rage de vaincre transformer le visage de notre petite fille. Qui a gagné en assurance, en technique, en vitesse, en force.

Qui ne vit que pour le ballon, et but ultime, espérer faire une carrière professionnelle.

Et qui, depuis quelques jours, touche ce rêve du bout des doigts.

Repérée. Détectée. Remarquée. Par « son » équipe. Celle dont elle rêve.

olloulou

Alors bien sûr, après les effusions de joie et d’hystérie collective, il a fallu redescendre sur Terre.

Se rappeler que ce n’est qu’un jeu, que Championne est une petite fille encore, qu’il en faudra encore des entraînements, des matches et des années, avant qu’elle ne soit en âge et en capacité d’intégrer, peut-être, l’équipe en bleu et rouge.

 Mais quel plaisir de la voir rosir d’émotions, trembler de joie et sauter d’impatience, d’aller, la semaine prochaine, fouler le gazon de ses idoles !!

J’aime, tu aimes, on s’aime ?!

mire

Petite page publicitaire entre deux billets plus construits !

Après une longue interruption de nos programmes, indépendante de notre volonté, la fan-page de la Tribu est de nouveau sur les ondes !

Photos exclusives, mots d’enfants, papotages en tout genre, la page est l’occasion d’échanger de façon conviviale et sans façons !

écranfanpage

Alors on n’attend plus, on like et on partage !

joinfb

 

A défaut de ressources, faut en avoir ! (de la ressource)

comptes

Ou comment va falloir que j’apprenne à gérer mon budget !

Vu que j’ai arrêté de travailler, nos revenus ont considérablement baissé. Par conséquent, notre train de vie aussi. Déjà que ce n’était pas le TGV (notre train de vie), là c’est carrément un funiculaire de montagne !

Il a donc fallu se sortir les mains des poches, trouées, pour compter nos piécettes et imaginer une routine de vie plus économe.

Nous partions déjà avec un GROS handicap, nous sommes dépensiers et de très mauvais gestionnaires : on ne tient pas nos comptes, on prévoit pas, on calcule rien….et hop ! Catastrophe et désespoir chaque fin (milieu ?) de mois.

Heureusement, nous étions loin d’être à plaindre niveau sousous, donc ça allait tant bien que mal.

Mais là, y a un salaire en moins (et les avantages qui vont avec, comme les tickets resto, les aides pour les vacances et les fournitures scolaires etc..).

Donc, il faut faire attention chaque mois et aussi anticiper, prévoir (oh tout de suite les gros mots!!), afin que notre tribu s’en sorte honorablement toute l’année.

♦ Déjà, comme j’en ai parlé ici, on a arrêté de fumer, ce qui était un groooos poste de dépense.
Pour tout vous dire, les économies faites en n’achetant plus de tabac compensent quasiment la perte de mon salaire.

♦ Deuxième poste de dépense en moins : la cantine de Fiston. Vu que je suis à la maison, il rentre manger le midi. Ça nous permet d’avoir plus de 2 heures ensemble pour jouer (ou s’insupporter!) et ça m’enlève plus de 100€ de dépenses par mois. Les points négatifs sont que Fiston ne mange plus du tout équilibré (oui je suis toujours aussi fâchée avec la cuisine) et que je ne peux pas m’absenter ou prévoir quelque chose avec Perle sur la journée.

♦ Troisième poste de dépense allégé, les frais d’essence : je faisais 90 km/jour pour aller travailler, soit près de 200€ par mois pour remplir Titine. Plus de boulot, plus de voiture !

Donc c’est près de 3 pleins économisés par mois !

♦ Le gros point négatif reste notre budget nourriture, qui reste très conséquent alors qu’on mange très mal, il faut l’avouer. Nous sommes assez feignasses, n’aimons pas cuisiner, et la facilité nous appelle souvent à aller acheter plusieurs fois par semaine de quoi nous restaurer sans trop cuisiner.

Ce qui revient cher, hein.

J’aimerai vraiment tendre à une alimentation plus saine et variée, voir locale et bio.

Pour cela il faudrait que je cuisine en gros pour congeler (et nous sommes 7, pfff), prévoir les menus (mais même en prévoyant des plats simples et rapides, je n’ai pas envie de les cuisiner …), trouver des commerces locaux pas trop chers où me fournir en légumes etc.

C’est pas gagné, moi je vous dis !

♦ Sinon, point positif, on va peut-être pouvoir mettre un peu d’argent de côté, ce qui en presque 20 ans de vie commune n’est jamais arrivé (bon nous sommes les rois de la poisse aussi) !

Et donc, pouvoir  enfin soit … continuer les travaux, ou soit …. bah continuer les travaux ^^

♦  Autre gros chantier de l’année : la remise en route de mon potager. Après quelques années laissé en jachère, j’ai prévu de le replanter ce printemps : pieds de tomates et autres courgettes, à nous les beaux légumes du jardin à déguster cet été !

potager

Je suis débutante en potager, donc on y va à tâtons, en espérant trouver de bonnes âmes prêteuses de graines et de savoir-faire !

♦ Pour économiser de l’argent sonnant et trébuchant, j’ai copié l’idée lue chez Aurélia du blog Famille Nombreuse Famille Heureuse et pour l’instant on s’y tient ! (en même temps, on n’est qu’en février, on verra en Novembre ^^)

euros

Mais il reste encore à trouver des astuces pour les achats de fournitures papeterie/scolaire assez important avec l’IEF, les dépenses vestimentaires de la Tribu.

Je ne parle même pas d’imaginer partir deux/trois jours en vacances !

Vous faites comment vous ?? Des astuces d’économe ? Des bons plans ?

Et celui ou celle qui me trouve le moyen de manger bon, bio, local, pas trop cher et sans mettre la main à la pâte gagne la première salade de mon jardin ^^