Vis ma vie de parent d’ado #Sortie « soldes »

adosQuand l’ado n’était qu’un enfant charmant, refaire sa garde-robe au moment des Soldes était assez simple.

Soit vous remplissiez allègrement vos paniers virtuels d’un clic frénétique : « Oh !! le joli tee-shirt ! Oh et cette robe mignonnette ! Hop, hop, clic et re-clic ! »

Au pire, soit parce qu’internet n’existait pas encore (c’te lose!), soit parce que vous aimiez tâter la marchandise avant d’acheter, vous vous fendiez d’une virée dans les magasins.

Et là, il suffisait d’appâter l’enfant avec une fringue ornée d’un sirupeux chat japonais, voir d’un homme-araignée, pour pouvoir tranquillement choisir le pantalon qui résistera à ses glissades effrénées, et dénicher les 3 sous-pulls acryliques « 3 pour le prix d’1 ».

Mais, ce n’est plus aussi simple. L’enfant a grandi et est devenu cet être légèrement  tatillon, qui souhaite choisir lui-même. Y a pas de quoi en faire tout un plat. Vous croyez ?

Si vous pensez qu’escorter un ado lors des soldes est une partie de plaisir, je me dois de vous livrer la vérité criante (ou gloussante).

 ***********************************

Il est bon à savoir qu’un ado ne sort jamais seul. Il est livré avec un package bien fourni et indispensable à sa survie dans le monde extérieur.

Vous vous rappelez l’équipement que vous charriiez pour votre enfant charmant ? Poussette, sac à langer, doudous et autre matériel « au cas où? ». Et bien, sortir son ado revient au même hélas. Sauf que là, il peut se le coltiner son matos hé hé !

– Un ado ne sort jamais sans son téléphone portable (un smartphone, bien entendu) pour pouvoir échanger mille sms importants « Sa va ? Ouais et toi ? Ouais sa va. Lol. Mdr. J’avoue. Lol» et poster en direct live sur FB ses éventuelles acquisitions vestimentaires : «Kevin/Kimberley a publié une nouvelle photo. 26 personnes aiment ça« .

Passionnant n’est-ce-pas ?

-Il embarque également un équipement de survie, histoire d’être paré à toute éventualité. Du gel, pour refaire ses pics capillaires, le miroir qui va avec, bien entendu. Son Mp3, les écouteurs qui vont avec. Une console de jeux portable, pour combler les temps d’attente (faudrait pas qu’il se fende d’une conversation hé hé!)

Si votre ado est de sexe féminin, alors vous pouvez rajouter à cet attirail tout le nécessaire de « beauté » indispensable, gloss, baume à lèvres/à mains, brosse, parfum, déo, écharpes/foulards divers au cas où, etc, etc…

– Et le plus important, que l’ado n’oublie jamais, en plus de tout cet « indispensable », sa bande. Sa BFF bien sûr (Best Friend Forever, pour les incultes) et les 2/3 (voir plus) ami(e)s agglutiné(e)s en permanence à son bras, et avec qui il gloussera/ricanera en choeur.

Dès le trajet aller, votre résistance nerveuse est mise à mal. Plusieurs niveaux de mue vocale se croisent, s’entrechoquent. L’ado et ses potes ricanent de plus en plus fort. Chantent de plus en plus fort (ah oui, bien sûr, vous devez, dès votre montée en voiture, régler le poste radio sur la fréquence de LEUR chaîne radio préférée. Rien à dire. Qu’à obéir).

Vous arrivez sur le parking du centre commercial déjà usé, des acouphènes terribles résonnent en vous et vous vous surprenez à marmonner des prières vaudou pour que le mutisme frappe cette horde d’êtres échevelés.

Mais cette sympathique virée ne fait que commencer, hé hé !

Vous ai-je souhaité bon courage ?

Mercredi…au bout des doigts #2

7029364-papier-color-avec-des-ciseaux-de-l-enfant

Chose promis, chose due !

Voici une petite activité simplissime pour vos petitous, de quoi les occuper en ce mercredi frileux.

Cette semaine, ce sont Championne et Fiston qui ont cherché et déniché cette activité manuelle. Ils l’ont réalisée hier, facilement.

Comment offrir sa main, sans se couper un bras hé hé !

Ouh quelle jolie menotte !

Ouh quelle jolie menotte !

le support

le support

Tadaam !!

Tadaam !!

Cela se passe d’explications, hein !

Enfin, pour ceux pas encore bien réveillés, j’vous décris les différentes étapes :

  • dessiner les contours de sa main (ou la main du Fiston, de Mamie, ou du voisin, hein, on est pas difficile !), sur une feuille cartonnée
  • colorier/customiser l’intérieur de la main : et c’est là la partie la plus intéressante de cette activité, laissez libre cours à l’imagination de votre enfant : collage, quadrillage, gribouillage, écriture, les possibilités sont multiples !
  • découper la main ainsi décorée
  • récupérer dans les chutes de la feuille de papier de quoi faire un petit socle à cette belle main !

Ici, Fiston a offert sa main gribouillé à Deuz pour son anniv’ !

Et pourquoi pas dessiner la main de chaque membre de la famille, avec prénom et dates de naissance pour réaliser un joli montage, un genre d’arbre généalogique ?

A votre imagination !

Prenez soin de vous et à Mercredi prochain !

Brèves de Tribu #2014-03

journal

Plus que quelques heures avant la fin de cette semaine.

Je ne suis pas très impatiente de la voir s’achever, car je sais que la semaine qui arrive s’annonce tout autant, sinon plus chargée en heures de travail, en trajets de part et d’autre, en traits tirés et cernes sombres.

Alors, avant d’aller me glisser sous la couette, en espérant trouver le sommeil, je vais me souvenir des jours passés et en tirer quelques bonheurs.

Je vais me rappeler le sourire et la fierté de notre Championne, quand son équipe et elle ont triomphé et terminé en tête du classement, lors du Tournoi de football du week-end dernier.

Ou de Mardi, lorsqu’une annonce a illuminé nos cœurs en ce jour pluvieux. L’Education nationale propose de mettre fin dès Mars au contrat de l’A.V.S de Perle! Voir son sourire, entendre sa joie nous a comblé !

Ou bien de Mercredi, où ma Tribu de blondes a pris la route de la Grand’Ville, accompagnées de leur tante chérie et de moi-même, pour « faire les soldes ». Harassant !

Et que dire de Vendredi, qui avait pourtant si mal commencé, entre désespoir et larmes pour Deuz et moi. Mais une rencontre tout en bienveillance a adouci nos cœurs blessés. Et, même si le chemin semble encore bien long et tortueux avant que ma différence trouve une certaine sérénité, nous nous sentons accompagnées sur cette route escarpée.

Samedi aura été riche de rires et de moments partagés. Voir ma Perle agir en pré-ado gloussante, regarder ma Championne endosser des parures de fille, entendre mes blondes pouffer sous la couette avec leur amie a accroché un sourire à mes lèvres et réchauffé mon cœur.

Et que dire d’aujourd’hui, Dimanche. Où j’ai pu, grâce à la complicité de 4 femmes merveilleuses, voir les yeux de mon Père briller, deviner l’émotion sous la pudeur, sentir l’amour envahir nos âmes.

Mon daddydounet chéri, mon premier homme, mon Papa, je sais que tu me lis, discrètement, pudiquement. Alors, je te l’écris, ici, comme je le crierais sur le toit du Monde si je pouvais : je t’aime. Plus que tout. Je suis fière d’être ta fille. Fière de voir ta vie si douce et sereine. Heureuse de te voir sourire et rire, toujours plus. Je t’aime, mon Papa.

Voilà les petits bonheurs d’une semaine banale, dans une famille ma foi bien banale aussi.

Je vais fermer les yeux bien fort et oublier les instants de fatigue, de découragement, de doute. Ne pas penser, ou du moins essayer, à ces crises de larmes et ces faiblesses au cœur. Mettre de côté mes désespoirs de mère, mes blessures de femme…Parce que parfois, il vaut mieux ne plus penser et continuer d’avancer, encore et toujours, à la poursuite d’une douceur de vivre bien illusoire.

Et espérer que les jours à venir m’apportent encore une étincelle de bonheur, un éclat de rire, une miette d’amour.

A tout bientôt, prenez soin de vous !

Mercredi…au bout des doigts (activités)

7029364-papier-color-avec-des-ciseaux-de-l-enfant

C’est Mercredi, jour des petits !

Cette journée que je vais passer à courir entre deux activités sportives et autres trajets collège-maison me fatigue d’avance (bon, ok, au moment où vous lirez ce billet, je serais en virée shopping hé hé ^^).

Cette journée où mes enfants, laissés à eux-mêmes, tournent et virent en me sollicitant sans cesse : « J’m’ennuie ! On fait quoi ? On peut faire de la peinture/de la pâte à modeler/un gâteau ?? » alors qu’ils savent pertinemment à quel point je dé-tes-te tout ce qui a trait à une activité manuelle, enfin surtout quand je dois les aider/faire à leur place/nettoyer derrière eux (bande de sagouins !)

Jusqu’à ce que Perle, il y a quelques jours, me ramène de l’école un petit objet en papier fort rigolo.

Cet objet, en origami, c’est ça :

Un croque-livre affamé !

Un croque-livre affamé !

Un croque-livre !

Un marque-page rigolo, fabriqué en moins de 5 minutes, personnalisable à volonté.

A mon grand étonnement, j’ai pris plaisir à fabriquer toute une famille de croque-livres avec Fiston (qui, pour rappel, n’a pas 5 ans et n’est absolument pas doué de ses mains ^^). J’ai donc retrouvé la satisfaction de créer quelque chose de mes mains ! (et là, vous auriez dû admirer ma collection de croque-livres, sauf que j’ai zappé de les prendre en photo avant que Fiston joue avec (les détruise, quoi) )

Alors, si j’y arrive, pourquoi pas vous ?

Voici donc, en images, la réalisation par étapes du Croque-livre.

Un carré bien carré !

Un carré bien carré !

...que l'on replie pointe sur pointe...

…que l’on replie pointe sur pointe…

...côté sur sommet...

…côté sur sommet…

...pareil pour l'autre côté...

…pareil pour l’autre côté…

...on déplie et on abaisse un sommet...

…on déplie et on abaisse un sommet…

...on glisse un côté dans le pliage...

…on glisse un côté dans le pliage…

...on obtient ça...

…on obtient ça…

...pareil de l'autre côté...

…pareil de l’autre côté…

...on obtient ça...

…on obtient ça…

...on retourne l'origami et on ajoute un carré de couleur différente à l'intérieur...

…on retourne l’origami et on ajoute un carré de couleur différente à l’intérieur…

..on colle des dents...

..on colle des dents…

...et des yeux ! Et voici un Croque-Livre

…et des yeux ! Et voici un Croque-Livre

Cela prend 5 minutes montre en main !

Ici, nous les avons réalisé avec de simples feuilles de papier, que les enfants ont colorié pour les personnaliser. Pour simplifier, les yeux peuvent être dessinés à la main, la langue également ! Les dents font leur petit effet, pour bien représenter le Monstre 🙂

A vous de jouer !

A mercredi prochain pour une nouvelle idée d’activité simplissime et rigolote !

L’Art et la Manière

affiche 1Cohabiter avec un ado n’est pas chose aisée.

En effet, il faut savoir que cet être en construction n’a pas le même rythme que vous, parent.

Une journée dure 24 heures ? Il en passera la moitié à dormir. Minimum. Les jours d’école.

Aussi, lorsque vous avez la chance de le voir éveillé, vous bondissez sur l’occasion d’échanger quelques propos intéressants.

  • « Kevin ! (oui, appelons notre ado « Kevin », cela lui va si bien… Mais vous pouvez remplacer « Kevin » par « Beverly », ça lui va très bien aussi ) Kevin ! Ce serait sympa de descendre ton linge à laver, parce qu’il va pas se rendre dans la panière tout seul ! »
  • « Ouais, c’est bon, j’le f’rai, c’est pas la mort. »
  • « Kevin ! Je t’ai déjà demandé 100 fois de ne pas t’asseoir sur l’accoudoir de ce canapé ? Tu n’écoutes jamais, ma parole ! »
  • « Ouais, c’est bon…C’est pas la mort. »
  • « Kevin ! Tu ne vas pas porter cette casquette hideuse pour rendre visite à Mémé Paulette, quand même ! »
  • « Oh c’est bon, c’est pas la mort ! »

Vous pensez que la communication est rompue, que le dialogue n’est plus possible entre l’héritier et vous.

Que nenni, parent, que nenni !! L’ado sait baragouiner autre chose que cette expression si conciliante et évasive.

En effet, dans certaines situations, l’ado saura exprimer son opinion de façon ferme et mature.

Par exemple, lorsque vous lui demanderez aimablement d’extirper son postérieur de sous la couette pour donner un coup de main dans la maison. Ou bien, quand vous vous enquerrez de l’avancée du DM de Maths qu’il doit rendre demain à la première heure. Ou enfin, lorsque vous l’inviterez à se joindre au reste de la famille lors de la virée hebdomadaire au marché, dimanche matin – avant 10 heures, sinon Mme Germaine aura vendu ses meilleures salades et ne restera plus que quelques vieilles feuilles défraîchies.

Alors, votre adolescent vous assénera une phrase mûrement réfléchie et lourde de sens :

« J’ai la flemme… »

Vous ai-je souhaité bon courage ?

Hé, hé ! A bientôt..