Bon débarras (et meilleurs voeux)

bye2016

Plions-nous une fois encore à la tradition bloguesque, et tirons un trait sur l’an finissant.

Qu’il fut long, cet an 2016 ! Qu’en garderai-je en mémoire, je ne sais pas.

Entre larmes et peines, galères et doutes, la Tribu a souffert. En clair, on a ramassé.

Mais il faut bien relever la tête et n’en conserver que le meilleur, pour que l’idée de recommencer une nouvelle année ne nous donne pas l’envie de tout plaquer.

Trêve d’envolées dramatiques, voici en quelques mots, sans hypocrisie, un résumé de notre année.

Tout d’abord, je définirai 2016 en un seul mot : CHANGEMENT.

  • Perle a intégré une nouvelle école, mettant fin à deux ans de non-scolarisation.
  • J’ai quitté mon travail d’Auxiliaire de Puériculture, pour me consacrer à d’autres projets
  • J’ai créé mon entreprise, puis abandonné devant l’ampleur de la tâche
  • Deuz est devenue une jeune fille extra, et a définitivement tiré un trait sur son double maléfique
  • Championne a souffert, s’est battue et finalement a choisi le plaisir et le partage plutôt que la compétition à tout prix
  • J’ai relancé l’activité de mon entreprise, parce que finalement, je me suis un peu oubliée dans tout ça
  • Prems a eu 18 ans !! et je n’en suis toujours pas remise !
  • Un bébé tout-neuf a relancé ma machine à bisous, et j’en suis comblée (coucou mon neveu chéri)

Bref, je vais clore le chapitre 2016 avec encore beaucoup de regrets, de rancœurs, de déceptions.

Mais je vais écrire les premiers mots de notre an nouveau, pleine d’espérances, de projets plus fous les uns que les autres, avide d’aventures et de partage. Mon maître-mot pour 2017 sera RÉALISER !

En attendant de vous présenter mes vœux, dans quelques heures, permettez-moi de vous souhaiter un excellent samedi, qu’il soit festif ou ordinaire.

Prenez soin de vous et vos proches, aimez-vous, pardonnez-vous, soyez fous !

Bien à vous,

Ingrid.

Publicités

Alors je prie

Nous sommes le mardi 21 décembre 2016, je suis confortablement assise dans mon canapé, devant ma cheminée qui flambe sous les bûches dont je l’alimente régulièrement.

J’entends Fiston commenter la partie de jeu vidéo de Championne. J’entends aussi Perle renifler, pas bien remise de sa grippe.

Je sais Deuz presque réveillée, sous sa couette, sans doute en train de « checker » les derniers SMS reçus dans la nuit.

J’imagine Prems et Monsieur Mon Mari occupés au boulot, à une quarantaine de kilomètres de là.

Ces dernières semaines, j’ai comme une envie de me plaindre, de pleurer, une boule amère dans la gorge.

Parce que tout ne va pas comme dans du velours pour moi, pour nous.

Parce que l’année se finit chichement, parce que notre Noël sera frugal, parce que plein d’autres peines, chagrins, espérances désabusées et tant d’autres contrariétés.

Et puis, j’ai honte. HONTE.

Tout va bien pour moi, pour eux, pour nous.

Parce que justement, nous sommes nous, unis sous le même toit. Un toit sûr et chauffé. Un toit à nous. Dans un confort inégalable. Nourris et en bonne santé. Soignés si besoin. Protégés.

Parce que mes enfants ne seront pas séparés, blessés, perdus, tués. Parce que mon mari ne sera pas enrôlé, ou torturé, ou exilé.

Parce que je ne serai pas violée, vendue, bafouée.

Parce que chaque jour m’apporte leurs câlins, leurs baisers, leurs disputes même. Autour d’une table garnie. Ou bien dans un lit douillet.

 

Des mots brouillons et mal agencés pour exprimer cette peur qui me tord le bide. Quand je prépare des colis de vêtements chauds, pour ceux arrivés en France ou dans des camps ailleurs. Quand je sais que la famille S., avec ses 6 enfants, va encore dormir dehors cette nuit, quelque part dans Lyon, comme tant d’autres. Quand j’attends des nouvelles des évacués, et que j’apprends l’horreur.

Quand partout, sur notre Terre, l’humanité se meurt.

Alors moi l’athée, la cartésienne, la française moyenne, je prie. Je pleure et je prie.

Priez avec moi. S’il vous plaît.

pray

 

Quand le monstre se réveille

Elle recommençait à se camoufler. Sa grosse veste portée en permanence, une carapace salie et usée. Je la surprenais de nouveau à courber les épaules, à fermer les yeux. Sa bouche témoignait de ses peurs, hachée, triturée et blessée par ses doigts tremblants et nerveux.

Son sourire se faisait moins vif, ses paroles moins nombreuses.

Le matin, à l’aube, alors que l’heure de la réveiller avait sonné depuis longtemps, j’hésitais, le coeur noué. Je le jouais à quitte ou double. Un sourire ou des larmes. Jackpot gagnant lorsqu’elle se préparait seule, sans que j’ai à la motiver dix fois. Echec et mat, lorsqu’à l’heure de sortir dans la gelée matinale, elle était encore enfouie sous sa couette, la mine renfrognée et le front soucieux.

L’angoisse avait repris le dessus.

angoisse

Le monstre tapi en son sein, bien qu’amadoué depuis quelques mois, n’en restait pas moins bien présent. Lourd et serrant d’une griffe de plomb la douce âme de mon enfant.

Alors, je reprenais mes litanies sans fin. Des encouragements et des câlins. Des caresses et des « cajolades ».

Parfois aussi, les larmes roulaient sur mes joues, sur mes mots, quand la fatigue et la peur étaient trop fortes.
Parfois même, les cris écorchaient ma gorge serrée, quand plus rien ne d’autre ne venait soulager notre peine.

J’étais démunie, j’étais une maman en carton.

Le monstre sortait de son sommeil pour bousculer ma Douce. Il crochetait, agrippait, retenait mon enfant, alors qu’elle était toute entière tournée vers un demain plus serein.

La fatigue physique venait amplifier la rage du Démon. Des jours et des jours à arpenter les chemins de terre, dans le froid et la bise. Des soirs et des week-ends, à courir et dribbler, sur le terrain vert.
Du plaisir pourtant, de la joie et de l’envie aussi.
Mais elle était bien fragile, quand même, ma fille.

Elle était si petite, malgré sa taille de géante.

Elle avait affronté et remporté déjà de nombreuses batailles contre ce monstre invisible.

Elle avait durci le front et serré les dents. Elle avait relevé la tête et bravé le vent.

Mais cette fois-ci, elle devait reculer.

Respirer. Expirer. Prier.

Presqu’à terre et sans souffle, nous allions nous relever, LA relever. La soutenir et la porter. Encore. Toujours.

Malgré la douleur qui grince dans mes os, et hurle dans mon cœur.

Malgré la peur qui broie nos âmes.

Elle va se relever. Bientôt.

Parce qu’elle a décidé de se battre. Parce qu’elle a décidé de GAGNER.

lc3a9chelle-du-succc3a8s